Retour

Montréal, la ville canadienne où les taxes commerciales sont les plus élevées

Les commerçants montréalais se plaignent d'être trop taxés. En fait, selon une étude de l'Association des biens immobiliers du Canada, Montréal est la ville canadienne où les taxes commerciales sont les plus élevées.

Un texte de Maxime Bertrand

Les commerçants comme Charles Abitbol en savent quelque chose. Propriétaire de la boutique de vêtements Olam depuis 25 ans, il a vu ses voisins fermer leurs portes les uns après les autres.

Celui qui se surnomme « le dernier des Mohicans » sent un peu plus chaque année le poids des taxes municipales.

En quelques années, son avis d'imposition est passé de 5000 $ à 16 404 $ par année. « Quand on parle de comptes de taxes qui ont quadruplé presque en cinq ou six ans et que le chiffre d'affaires a baissé de 60 %, on parle de quelque chose de conséquent », se désole l'homme d'affaires.

Un chiffre d'affaires en chute libre en partie parce que le commerce de détail se porte mal depuis quelques années.

Les taxes, plus élevées à Montréal

Plusieurs affirment qu'à Montréal, contrairement à Toronto, les taxes nuisent au commerce.

Selon l'Association des biens immobiliers du Canada, Montréal est la ville canadienne où les taxes commerciales sont les plus élevées. Elles sont de 38,82 $ pour 1000 $ d'évaluation.

À Toronto, c'est 27,67 $ et la moyenne nationale est de 24,31 $.

Montréal affiche également un écart important entre les taxes résidentielles et commerciales.

« Une maison qui vaut 300 000 $ et un commerce qui vaut 300 000 $ en évaluation foncière, eh bien, la PME va payer quatre fois le compte de taxes de la résidence. Les dépenses des villes augmentent et elles transfèrent le fardeau aux commerçants, qui subissent d'énormes pressions », affirme Simon Gaudreault, économiste principal à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

En plus des taxes, il y a les travaux qui font fuir les clients. C'est particulièrement le cas sur certaines artères populaires comme la rue Saint-Denis. Certains commerçants disent avoir perdu près de 70 % de leur clientèle.

Lors d'un point de presse lundi, des politiciens ont d'ailleurs pressé la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec d'intervenir.

« On pense à l'aide que reçoivent les multinationales comme Bombardier quand elles ont des difficultés. Les commerçants pourraient jouir d'un congé de taxes pour la période pendant laquelle il y a des travaux de construction », dit le député de Québec solidaire Amir Khadir.

Pour sa part, le maire du Plateau-Mont-Royal veut s'inspirer du règlement « Robin des bois » de la Ville de Québec. « [Ce règlement] permet de déplacer une partie du fardeau fiscal des petits commerçants vers les grands commerçants », explique Luc Ferrandez.

Plus d'articles

Commentaires