Retour

Muskrat Falls n'est pas à vendre, clame Terre-Neuve

Terre-Neuve-et-Labrador rejette du revers de la main l'idée lancée par un ancien haut dirigeant d'Hydro-Québec, dans un texte d'opinion du quotidien La Presse. Pierre Gingras y affirme que la solution au fiasco de Muskrat Falls consiste, pour le Québec, à reprendre le Labrador et à offrir de l'électricité en échange à T.-N.-L.

Le chef de l'opposition officielle à Terre-Neuve, Paul Davis, a qualifié cette proposition de « scandaleuse » et laissé entendre que le gouvernement provincial s'y intéressait malgré tout.

La ministre des Ressources naturelles, Siobhan Coady, a démenti par communiqué que des discussions avaient lieu au sujet de l'éventuelle cession du barrage hydroélectrique de Muskrat Falls à Hydro-Québec.

« Il n'y a pas de discussions entre ce gouvernement et celui du Québec comme le prétend l'opposition officielle, a-t-elle déclaré. Ils sont mal renseignés [l'opposition]. Ils ont tout faux. »

Une solution équitable selon Pierre Gingras

Dans son texte d'opinion, Pierre Gingras, ex-chef planification et coûts à Hydro-Québec, affirme que le chantier de Muskat Falls est devenu « catastrophique pour une population d'à peine 530 000 personnes, surtout avec la dégringolade simultanée du prix du pétrole qui s'ajoute ».

Le coût estimé du projet est passé de 6,2 milliards à quelque 11,4 milliards de dollars, ce qui a poussé Stan Marshall, le nouveau PDG de Nalcor, la société d'électricité de Terre-Neuve, à qualifier le projet de « gâchis » et de « trou financier ».

Pour aider Terre-Neuve à se sortir de cette situation désastreuse, le Québec devrait lui proposer 1000 MW d'électricité en échange du Labrador, selon Pierre Gingras.

Hydro-Québec pourrait ainsi assurer la rentabilité de Muskrat Falls en réalisant aussi le « dernier projet disponible dans cette région », celui de Gull Island et en construisant une nouvelle ligne de transport.

Des intentions floues?

Le chef de l'opposition terre-neuvienne, Paul Davis, affirme que le gouvernement libéral de Dwight Ball n'a pas donné de réponses claires jusqu'ici au sujet de ses intentions concernant le développement des ressources hydroélectriques.

De hauts dirigeants d'Hydro Québec ont visité au cours de l'été le chantier de Muskrat Falls et le barrage du Haut-Churchill. Paul Davis affirme que cette visite suscite des questions au sujet des intentions du gouvernement Ball, mais Nalcor a répliqué dans un communiqué qu'elle n'avait servi qu'à permettre aux nouveaux dirigeants des deux sociétés d'énergie de se rencontrer.

La ministre Siobhan Coady accuse l'opposition de crier au loup. « Les conjectures de l'opposition au sujet des ressources hydroélectriques ne servent qu'à créer des peurs », affirme-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires