Retour

Muskrat Falls : Terre-Neuve tiendra une enquête publique

Une enquête publique sur les retards et les dépassements de coûts du projet hydroélectrique de Muskrat Falls sera lancée cet automne. Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, l'a confirmé jeudi soir tout en précisant que le mandat des enquêteurs est en cours de réadaction.

Le premier ministre Ball s’exprimait lors d’une activité de collecte de fonds du Parti libéral à Saint-Jean. Il a dit qu’il avait « très hâte » que cette enquête se mette en branle.

« Leader conservateur après leader conservateur, ils nous ont tous passé ce projet au travers de la gorge », a-t-il déclaré devant l'assistance, en faisant référence à ses prédécesseurs progressistes-conservateurs qui ont approuvé et soutenu le projet.

Il est même allé jusqu’à alléguer que la société de la Couronne Nalcor s'était ingérée dans le processus de décision gouvernemental. « Ce n’était pas Paul Davis [l'ancien premier ministre progressiste-conservateur] qui dirigeait cette province lorsqu’il était premier ministre. C’était Nalcor qui dirigeait cette province », a-t-il lancé.

Un revirement

Les libéraux avaient d'abord écarté l'idée d'une enquête publique. Un juin dernier, le gouvernement Ball affirmait qu'un tel exercice ne serait qu’une distraction pour Nalcor, qui cherche maintenant à mener le projet à terme le plus rapidement possible, sans autre dépassements de coûts.

Critiques et défenseurs du gouvernement réclamaient unanimement cette enquête. Ils estiment qu'il faut savoir pourquoi le projet a connu de tels retards et une telle escalade des coûts.

Aujourd'hui chef de l'opposition officielle, Paul Davis affirme que l’enquête ne fera que confirmer que le gouvernement progressiste-conservateur de sa prédécesseure, Kathy Dunderdale, avait donné son aval son projet en se fondant sur des données qui confirmaient sa viabilité, à l'époque.

Le projet hydroélectrique devrait coûter environ 12,7 milliards $. Il s’agit de cinq milliards de plus que les estimations initiales.

Plus d'articles

Commentaires