Retour

N’importe qui peut ouvrir une clinique d’échographie 3D au Canada sauf au Québec

Alors qu'au moins vingt femmes enceintes de la région de Toronto se plaignent d'avoir reçu les photos du même fœtus après avoir payé pour une échographie 3D dans une clinique privée, le ministère ontarien de la Santé évalue si ces établissements devraient être réglementés.

À l'heure actuelle, le Québec est la seule province à encadrer les cliniques offrant des échographies de « divertissement », c'est-à-dire n'étant pas nécessaires sur le plan médical.

Les plaignantes dans le cas de la clinique BabyView de Pickering qui disent avoir été victimes d'une « arnaque » avaient déboursé plus de 100 $ chacune pour leur échographie 3D.

Le président de l'Association ontarienne des sciences de radiation médicale Greg Toffner dénonce l'absence actuelle de réglementation dans la province.

Santé Canada déconseille

Santé Canada et l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario, notamment, déconseillent aux femmes enceintes de faire des échographies 3D ou 4D pour avoir des photos souvenirs, soulignant qu'il s'agit d'un champ de pratique « non réglementé ».

« C'est préoccupant de voir qu'il n'y a aucune restriction en matière d'utilisation non médicale des échographies à des fins commerciales », ajoute Johan Rudnick, le PDG d'Échographie Canada, l'organisation chapeautant les techniciens dans le domaine au pays.

M. Rudnick n'a pas voulu préciser si la clinique BabyView était membre de son organisation. Le copropriétaire de l'établissement Mohsina Adeel Mir, qui a attribué à un « problème technique » la question des photos similaires vendues à différents parents, appartient à l'association American Registry for Diagnostic Medical Sonography.

À l'étude

Joshua McLarnon, l'attaché de presse du ministre ontarien de la Santé Eric Hoskins, dit que la province analyse la possibilité de mettre en place une réglementation, mais doit aussi mesurer l'impact qu'aurait cette décision sur les autres cliniques privées qui offrent elles des échographies à des fins médicales.

« Les échographies de divertissement, comme celles offertes par BabyView, ne sont pas pareilles que les échographies diagnostiques », dit-il.

Pour sa part, la porte-parole en santé du NPD ontarien France Gélinas pense qu'il est temps pour le gouvernement libéral d'imposer des règles. « Les gens assument que ces cliniques [d'échographies 3D] font partie du système de santé et qu'elles sont supervisées », raconte-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires