Retour

New Look achète son concurrent Iris pour 120 millions de dollars

Groupe Vision New Look a continué à consolider le secteur des soins oculaires tout en continuant à renforcer sa présence au Québec en mettant la main sur son concurrent Iris pour 120 millions de dollars.

La plus importante acquisition de New Look, annoncée mardi, permettra au propriétaire d'enseignes comme Greiche & Scaff et Vogue Optical d'ajouter à son réseau les 150 boutiques exploitées par Iris au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, en Alberta ainsi qu'en Colombie-Britannique.

Il a ajouté que la transaction renforçait la position de la société « à titre de plus grand détaillant de l'optique au Canada et de huitième plus grand en Amérique du Nord ».

Les investisseurs de New Look ont accueilli favorablement la nouvelle. La transaction a fait bondir le titre de New Look, qui a touché un sommet annuel à la Bourse de Toronto en se transigeant momentanément à 34 $, pour finalement clôturer à 33,95 $, en hausse de 11,31 %, ou 3,45 $.

Fondée en 1990 à Baie-Comeau, Iris, dont le siège social se trouve à Laval, poursuivra ses activités de façon autonome au sein de New Look.

« Une relation de confiance établie au fil des années entre la direction d'Iris et celle de Groupe Vision New Look se traduit aujourd'hui par un projet commun », a pour sa part indiqué le président d'Iris, Michael Chaiken.

Croissance accélérée

La croissance de New Look s'est accélérée depuis 2013, lorsque l'entreprise avait acheté Vogue Optical pour 73,4 millions de dollars afin de mettre le pied dans l'est du pays. L'année suivante, la société avait avalé Greiche & Scaff pour environ 18 millions de dollars, avant de mettre le pied en Colombie-Britannique l'an dernier en achetant Visions One Hour Optical, pour 6,6 millions de dollars.

Pour la période de 12 mois terminée le 30 septembre dernier, Iris avait généré des revenus de 60 millions de dollars, soit deux fois moins que le prix d'achat payé par New Look.

« L'acquisition d'Iris n'est pas vraiment une surprise puisqu'il y avait des rumeurs au sein de l'industrie à propos d'une vente potentielle après le décès du fondateur [et ancien président Francis Jean] en 2014 », a souligné Martin Landry, de GMP Valeurs mobilières.

Selon l'analyste, Iris permettra à New Look de faciliter l'ajout de boutiques exploitées par des optométristes à son réseau.

D'après la firme Ibis World, l'entreprise montréalaise détenait une part de marché de 10 % au Canada l'an dernier, derrière Luxottica – qui exploite les enseignes Lens Crafters, Pearle Vision et Sunglass Hut au Canada – à 16,2 %.

« Le reste du marché canadien demeure fragmenté et il peut y avoir encore beaucoup de consolidation, a fait valoir le responsable du secteur du commerce de détail chez PwC Canada, Alain Michaud, au cours d'un entretien téléphonique. L'Ontario demeure un marché à développer. »

Selon lui, de plus en plus de concurrents spécialisés dans la vente en ligne et d'autres géants de l'optique, comme Warby Parker, ont les yeux rivés sur le Canada. Il n'est donc pas surprenant de voir New Look « se renforcer ».

Afin de financer cette transaction, l'entreprise s'endette davantage en plus d'émettre de nouvelles actions. Au premier trimestre terminé le 11 mai, New Look avait affiché un bénéfice net de 1,28 million de dollars, ou neuf cents par action, en baisse de 30 % par rapport à la même période l'an dernier.

L'entreprise avait toutefois affiché un chiffre d'affaires record de 51 millions de dollars, en progression de 14,5 %.

Abstraction faite des éléments non récurrents, son profit ajusté s'était établi à 2,42 millions de dollars, ou 18 cents par action, en progression de 8 %.

Plus d'articles

Commentaires