Pascan Aviation s'est affranchie de sa dette de 35 millions de dollars et a officiellement de nouveaux actionnaires depuis le 31 décembre 2016.

Pascan Aviation était sous la protection des tribunaux contre ses créanciers depuis septembre 2015.

Elle avait été gravement touchée par la diminution des vols nolisés vers le nord. Le ralentissement économique avait fait chuter ce qu'on appelle communément le Fly in Fly out.

L’entreprise en fonction depuis 18 ans a réussi à restructurer ses activités en adaptant ses vols à la demande. Elle a ainsi vendu plusieurs appareils, dont trois ATR 42-300 et deux Pilatus PC-12/45.

Écoutez l’entrevue avec le vice-président de Pascan, Yani Gagnon à l’émission Au Cœur du Monde »

Par la suite, l’entreprise a nettoyé son bilan financier grâce à ses partenaires de la Banque de développement du Canada et Investissement Québec. Elle a donc pu procéder au rachat de la compagnie par deux anciens cadres de l’entreprise, soit Yani Gagnon et Julian Roberts.

La transaction s’est finalisée le 31 décembre 2016.

Pour les passagers, ce changement d’actionnaires n’aura aucune incidence sur le service.

Dans le fond, il n’y a pas vraiment de modification pour personne. C’est les mêmes horaires de vols, c’est le même logo, le même nom corporatif.

Yani Gagnon, vice-président de Pascan

Les nouveaux actionnaires veulent répondre à la demande de vols en régions et n’excluent pas un retour dans le Grand Nord, si besoin il y a.

Des modifications aux horaires et aux vols avaient été mises en place il y a un an déjà. Depuis, les activités reflètent le volume qui est généré dans chacune des régions tout en répondant aux besoins ponctuels. Advenant une reprise du Plan Nord, M. Gagnon confirme que l’entreprise sera au rendez-vous.

Si on a plus de volume dans certaines régions, on va s’adapter.

Yani Gagnon, vice-président de Pascan

Pascan Aviation dessert notamment les villes de Baie-Comeau, Bonaventure, les Iles-de-la-Madeleine, Mont-Joli et Sept-Îles.

Plus d'articles

Commentaires