Retour

Nouveaux contrats de travail pour l'aciérie Algoma en Ontario

Les employés de bureau et de production de l'aciérie de Sault-Sainte-Marie ont accepté mardi soir les termes d'ententes négociées entre le Syndicat des métallos et les créanciers garantis d'Algoma. L'entreprise est toujours protégée par la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Un texte de Caroline Bourdua

C’est dans une proportion de 76 % que les membres de la section locale 2251 ont entériné l’entente.

Selon le syndicat, un peu plus de la moitié, soit 55 %, des travailleurs de production se sont prévalus de leur droit de vote.

Quant aux membres de la section locale 2724 qui représente les employés de bureau, les informaticiens, le personnel technique, les professionnels et les ingénieurs, le vote s’est soldé comme suit : 

  • 91,8 % pour
  • 8,2 % contre

Les employés de l’aciérie Algoma n’ont fait aucune concession, selon le syndicat des Métallos.

Mais pour les deux groupes d’employés, il n’y aura aucune augmentation de salaire lors des deux premières années du contrat, à l’exception d’une indexation de leur salaire au coût de la vie.

Ils recevront ensuite 1 % lors de la troisième année, et 1,5 % à la dernière année.

Des commentaires de membres mécontents dans les médias sociaux mercredi laissent entendre que le syndicat a raté une belle occasion d’obtenir de meilleurs salaires, pendant que le prix de l’acier est actuellement en hausse.

La convention collective prendra fin en juillet 2022.

L’économie de Sault-Sault-Marie peut recommencer à rouler, car tous attendaient dans l’incertitude. Personne ne dépensait que ce soit pour acheter une voiture ou une maison, explique le coordonnateur des métallos pour la région du Nord-Ouest, Marc Ayotte.

Régime de retraite

Lors d’une première restructuration en 2001, le régime de retraite des employés d’Algoma Steel à l’époque avait perdu toutes ses garanties.

La nouvelle convention collective prévoit qu’Algoma versera 31 M$ pendant les quatre années du contrat ce qui permettra de ramener à 85 % le niveau de financement du fonds de pension.

Cela garantit que les retraités recevront quelques choses, a précisé M. Ayotte, qui estime qu’entre 400 à 500 travailleurs serait admissible à la retraite d’ici la fin du présent contrat de travail.

Algoma compte trois différents régimes de retraite, dont un à cotisation déterminée, dans lequel l’employeur mettra 2,85 $/h pour les nouveaux employés, et l’autre à prestations déterminées qui garanti une rente selon l’ancienneté de service.

Gains et améliorations

Le syndicat estime avoir réalisé des gains importants au chapitre de la santé et de la sécurité au travail.

Le manuel de santé et de sécurité fait partie intégrante de la convention collective, explique M. Ayotte, ce qui veut dire que peu importe les changements que ferait le nouveau gouvernement de Doug Ford, à la Loi sur la santé et la sécurité, nos travailleurs ne seraient pas touchés.

Les assurances collectives et les avantages sociaux ont aussi été bonifiés.

L’aciérie Algoma est le plus important employeur de Sault-Sainte-Marie.

Contexte

Essar Steel Algoma s’est placé sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies en novembre 2015.

La compagnie qui s’appelle aujourd’hui Algoma est en processus de restructuration.

L’aciérie est propriété d’un groupe de créanciers qui ont accepté de rembourser la dette qui atteignait 1,2 K$.

Les nouvelles conventions collectives découlent d’entente avec le Syndicat des métallos qui voulait sauver les emplois.

 Aucune mise à pied n’est survenue depuis le début de la restructuration, a dit la porte-parole d’Algoma Brenda Stenta.

Prochaine étape

L’aciérie Algoma doit revenir devant les tribunaux le 31 juillet prochain.

C’est à ce moment qu’on saura si la compagnie demandera ou non un autre délai afin de poursuivre sa restructuration, le temps de compléter des négociations avec les gouvernements et compagnies qui détiennent des contrats avec l'aciérie.