Retour

Nouvel élan financier pour l’industrie maricole

Le nouveau plan stratégique de l'industrie maricole, dévoilé vendredi par le ministre des Pêcheries Laurent Lessard, redonne à la Société de développement de l'industrie maricole (SODIM) un rôle de premier plan dans le financement des entreprises en aquaculture.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Maude RivardLors du dévoilement du plan ministériel sur l’industrie maricole 2018-2025, Laurent Lessard a aussi annoncé que la Société recevrait un montant de 300 000 $ pour ses activités.

Le président de la SODIM, Marc Cayouette, explique que l’industrie maricole du Québec, qui compte un peu plus d’une quinzaine d’entreprises, a maintenant besoin d’aide pour assurer sa croissance.

La société de financement pourra profiter de cet argent pour aider le secteur à entrer en phase de consolidation.

La SODIM pourra dorénavant financer le nouvel ensemencement d’un aquaculteur. Ce soutien pourra atteindre 50 % lors de la première année et sera un peu moindre au cours des années subséquentes.

Il s’agit d’une aide importante, explique Marc Cayouette, parce que le cycle de récolte en aquaculture est très long et peut prendre, par exemple, jusqu’à sept ans dans le cas du pétoncle.

La SODIM entend viser les maillages avec d’autres entreprises et travailler au recrutement des investisseurs.

Le conseil d’administration de la Société, plus ou moins active au cours des dernières années, a aussi été renouvelé avec des membres issus du milieu financier et économique.

Plus d'articles