Retour

Ottawa donne son approbation à la mine Sisson, au Nouveau-Brunswick

Le gouvernement fédéral a donné son approbation au projet de la mine Sisson, au Nouveau-Brunswick, à la suite d'une évaluation environnementale.

Cet important projet d’une mine de tungstène et de molybdène située au nord de Fredericton franchit ainsi une étape de plus vers sa réalisation. Il avait déjà reçu le sceau environnemental de la province et fait l’objet d’une entente avec les Premières Nations, initialement opposées au projet.

Les promoteurs comptent investir 579 millions de dollars dans ce projet minier qui promet de créer 300 emplois pendant les 27 années d’exploitation de la mine. Quelque 500 emplois seraient créés pendant la phase de construction.

Sisson Mines, un partenariat des entreprises Northcliff Resources et Todd Minerals, doit maintenant réunir les capitaux manquants pour lancer le projet. La construction pourrait commencer dès le printemps prochain et durer deux ans et demi.

« Les retombées économiques du projet de la mine Sisson seront immenses pour le Nouveau-Brunswick », a déclaré le premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant en réagissant à l’approbation du fédéral.

Un projet qui pourrait relancer l'industrie minière

Son gouvernement fonde beaucoup d’espoir sur ce projet pour relancer l’industrie minière dans la province. Le Nouveau-Brunswick a perdu plus de 400 emplois bien rémunérés l’an dernier lorsque la mine de potasse de Picadilly, près de Sussex, a fermé ses portes.

Il en avait perdu des centaines d’autres lors de la fermeture de la mine Brunswick il y a trois ans.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s'attend à toucher 280 millions de dollars en redevances pendant les années d'exploitation de la mine, et des recettes fiscales de 245 millions de dollars.

Les six Premières Nations malécites de la province recevront aussi leur part, en vertu de l'entente signée en février. L'entente prévoit que 9,8 % des redevances provinciales leur reviendront.

Un important gisement du tungstène

Le lieu où sera développée la mine, à 60 kilomètres au nord-ouest de Fredericton, renferme l'un des plus importants gisements de tungstène au monde. Ce métal est notamment pésent dans les filaments d'ampoules électriques. Il entre aussi dans la composition d'alliages utilisés dans l'armement, entre autres.

Sisson Mines veut développer une mine à ciel ouvert et une installation de transformation du minerai.

Plus d'articles

Commentaires