Un tribunal entendra OmniTRAX et le gouvernement fédéral lundi. Les deux parties s'affrontent depuis que la compagnie a décidé de ne pas respecter la date limite imposée d'Ottawa pour réparer la voie ferrée menant vers Churchill.

Les résidents de la petite communauté dans le nord du Manitoba s’impatientent. La seule ligne terrestre vers Churchill est inaccessible depuis mai dernier et les coûts de la nourriture grimpent.

Selon le maire de Churchill, Mike Spence, cette situation est désastreuse. La communauté d'environ 900 personnes dépend du tourisme et de la saison estivale, centrée sur les bélugas, affirme M. Spence.

OmniTRAX avait déclaré qu’il faudrait des mois pour réparer la voix ferrée endommagée à la suite d’inondations. En juillet, la compagnie a annoncé que le coût de la réparation de la ligne coûterait 60 millions de dollars. La compagnie ferroviaire avait ajouté qu’elle serait incapable de couvrir la facture.

OmniTRAX a alors demandé aux autorités fédérales et à la province, ainsi qu'aux Premières Nations de participer financièrement à la réparation.

Du côté des gouvernements fédéral et provincial, la réponse a été claire; l’obligation d’effectuer les réparations revient à l'entreprise de Denver.

En septembre, le gouvernement fédéral a « formellement exigé » qu'OmniTRAX reprenne le service ferroviaire. Ottawa a avancé qu’une entente conclue avec OmniTRAX l’autorisait à exploiter, mais aussi l'engageait à entretenir et à réparer toute la ligne jusqu'en mars 2029.

En novembre dernier, le gouvernement fédéral a intenté une poursuite contre OmniTRAX pour 18 millions de dollars en violation d'une entente conclue en 2008.

OmniTRAX conteste la décision d’Ottawa en vertu de l’Accord de libre-échange nord-américain, alléguant que le gouvernement fédéral sabotait les efforts de réparer la voie ferrée.

La compagnie a mentionné vouloir un arrangement raisonnable avec Ottawa, sans quoi il demandera des dommages et intérêts de 150 millions de dollars et des frais juridiques.

Alors que le gouvernement fédéral et OmniTRAX se préparent pour le premier jour prévu au tribunal, les efforts pour acheter la ligne se poursuivent.