Retour

Ottawa testera le recrutement anonyme dans la fonction publique

Le gouvernement fédéral tentera de découvrir si le fait de cacher les noms des personnes postulant pour des emplois dans la fonction publique améliorera ses pratiques d'embauche et favorisera la diversité et l'inclusion.

Le projet-pilote de la Commission de la fonction publique, dévoilé jeudi à l’Université Ryerson de Toronto, comparera les résultats des processus de sélection traditionnels au recrutement anonyme.

La pratique consiste à retirer des formulaires de demande d’emploi les noms et autres informations permettant l’identification des candidats, comme l’adresse courriel et le pays d’origine, afin de combattre les préjugés à l’endroit des gens de différentes origines.

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, a déclaré que le gouvernement croit que la fonction publique « doit refléter l’idée voulant que notre diversité est notre force et doit être un modèle d’inclusion pour les employeurs au Canada et dans le monde ».

La méthode sera testée sur des offres d’emploi affichées à l’externe par six ministères fédéraux, dont ceux de la Défense nationale, des Affaires mondiales et de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Un rapport sera ensuite remis en octobre.

M. Brison a précisé que le projet-pilote visait à identifier les meilleures pratiques avant de les mettre en oeuvre dans l’ensemble de la fonction publique, ce que le gouvernement souhaite faire avant la fin de son mandat.

Plus d'articles

Commentaires