Bombardier reçoit une contribution remboursable de 372,5 millions de dollars du gouvernement fédéral afin de l'aider dans ses activités de recherche et développement (R-D) des programmes C Series et Global 7000.

L'aide, sans intérêts, sera versée sur une période de quatre ans, a confirmé en conférence de presse le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du développement économique, Navdeep Bains.

Les deux tiers de la contribution remboursable iront au programme d'avions d'affaires Global 7000, dont l'entrée en service est prévue en 2018. L'autre tiers ira sera consacré à la R-D du programme C Series.

Le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, a dit être très satisfait de l'aide annoncée par le gouvernement fédéral. « C'est un appui financier qui arrive au bon moment. L'aide fédérale nous donne de la flexibilité pour repousser les frontières de la R-D », a-t-il indiqué en conférence de presse.

Pourtant, pas plus tard qu'en décembre dernier, Alain Bellemare demandait plutôt une aide de 1milliard de dollars américains au gouvernement fédéral.

Notre situation financière s'est grandement améliorée au cours des 12 à 18 derniers mois. Notre plan de restructuration de cinq ans ne tenait compte d'aucune aide fédérale. Donc, pour nous, aujourd'hui, c'est une excellente nouvelle.

Le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare

Pendant son allocution, Navdeep Bains, le ministre de l'Innovation, des Sciences et de Développement économique Canada a affirmé que la contribution remboursable était la « bonne solution » pour conserver les emplois au Canada et assurer la compétitivité de Bombardier.

Le programme du C Series emploie 2000 personnes, tandis que le programme du Global 7000 devrait employer directement 3000 personnes, dont 2000 au Québec, a précisé Alain Bellemare.

Un pas dans la bonne direction, dit Québec

L’annonce du gouvernement fédéral est un pas dans la bonne direction, estime le porte-parole du premier ministre du Québec, Harold Fortin.

« Bombardier confirme que le partenariat annoncé avec le gouvernement fédéral répond actuellement à ses attentes. Nous nous attendons à ce que le gouvernement fédéral poursuive cette collaboration dans le but de développer l’industrie aérospatiale québécoise », a-t-il commenté.

Le partenariat d’affaires conclu entre le gouvernement du Québec et Bombardier a permis l’essor du programme C Series, a ajouté le porte-parole.

En décembre 2015, le gouvernement du Québec avait investi 1 milliard de dollars américains dans le programme d'avions C Series, ce qui lui avait permis d'acquérir une participation de 49,5 %. Le premier ministre Philippe Couillard a souvent interpellé son homologue fédéral pour qu'il fasse de même.

De plus, au moment où elle éprouvait des difficultés financières, Bombardier avait vendu une participation de 30 % de sa division ferroviaire pour 1,5 milliard de dollars à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Après un développement marqué par des retards et des dépassements de coûts, le C Series est entré en service en juillet 2016. Jusqu'à maintenant, l'avionneur montréalais a reçu 360 commandes fermes pour son nouvel appareil commercial.

Plusieurs ministres du gouvernement fédéral ont participé à la conférence de presse, qui avait lieu au Centre de finition d'avions Global de Bombardier, à Dorval. Navdeep Bains était accompagné du ministre des Transports, Marc Garneau, et de la ministre du Patrimoine canadien et députée de la région, Mélanie Joly.

Quelques réactions

Malheureusement, le plan du gouvernement n'est pas aussi ambitieux qu'on aurait pu souhaiter. Nous sommes loin de rejoindre le milliard de dollars que le gouvernement du Québec a investi l'année passée. De plus, nous ne voyons aucun plan pour venir compenser les 1500 anciens employés d'Aveos qui ont perdu leur emploi.

Alexandre Boulerice, lieutenant du Québec pour le Nouveau Parti démocratique

Ce nouveau partenariat avec le gouvernement fédéral est une décision tournée vers l'avenir. C'est une manifestation de confiance envers une entreprise leader de toute une grappe industrielle qui positionne avantageusement le Canada sur la scène internationale.

Stéphane Forget, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Il s’agit d’une excellente nouvelle pour l’entreprise, mais aussi pour l’économie de la métropole. L’annonce envoie un message fort quant à l’importance stratégique du secteur de l’aéronautique pour l’ensemble du pays. Bombardier a fait du Québec et de sa métropole un des principaux pôles mondiaux du secteur aéronautique.

Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

L'aide du fédéral est bien en deçà de ce que l'entreprise demandait pour assurer le développement de la Série C. Le gouvernement du Québec a fait sa part et on espérait que le fédéral fasse la sienne, comme lorsqu'est venu le temps de soutenir l'industrie automobile ontarienne [...] On est bien déçus de constater qu'en fin de compte, la montagne a accouché d'une souris.

Rhéal Fortin, chef intérimaire du Bloc québécois