L'unique service de taxi à Rimouski s'est attiré les foudres de certains clients pendant la période des Fêtes et au cours de la tempête qui a sévi récemment dans la région. Le président de la coopérative Les Taxis 800 de Rimouski, Nelson Lévesque, avoue que sa coopérative a eu du mal à répondre à la demande en raison d'un manque de chauffeurs.

Un texte d’Édith Drouin

Les commentaires négatifs à l’égard de la coopérative de taxi de Rimouski se sont faits plus nombreux récemment sur les médias sociaux et sur d’autres sites où il est possible de noter les entreprises, comme sur Google.

Les internautes font entre autres état de longs temps d’attente, d’appels sans réponse et d’un service à la clientèle décevant.

Marc Paquette est l’un de ces clients insatisfaits. Il raconte avoir appelé la coopérative de taxis pendant la tempête du 5 janvier, vers 13 h 45. Plus de trois heures plus tard, à 17 h, il attendait toujours.

Il explique avoir rappelé la compagnie deux fois, mais que plus personne ne répondait au téléphone. Il déplore que le service ait été interrompu alors que des véhicules de particuliers circulaient malgré tout dans les rues.

Règle générale, le résident de Rimouski qui n’a pas d’automobile, remarque aussi que les répartiteurs prennent beaucoup de temps à répondre au téléphone.

Pas assez de chauffeurs

Le président de la coopérative Les Taxis 800 de Rimouski, Nelson Lévesque, explique que son service a reçu plus d’appels qu’à l’habitude dans le temps de Fêtes cette année. Il affirme qu’il ajoute normalement des véhicules sur la route à cette période, mais qu’il ne peut pas ajouter plus de voitures plus qu’il y en a.

Selon la Commission des transports du Québec, 45 permis de taxis ont été délivrés à des propriétaires de taxis dans la région de Rimouski. Nelson Lévesque indique toutefois qu’il n’y a pas assez de chauffeurs actuellement pour mettre en service tous les véhicules en période de fort achalandage.

Selon lui, la coopérative aurait besoin d’au moins dix chauffeurs de plus. Le recrutement est toutefois difficile et les nouveaux chauffeurs se découragent parfois devant la demande élevée.

Pour ce qui est de la tempête des 4, 5 et 6 janvier, le président de la coopérative explique que 11 voitures étaient sur la route en début de soirée, mais que six d’entre elles ont été accidentées.

Selon le président de la coopérative, seuls deux véhicules de la coopérative de taxis possèdent une traction intégrale.

Plus d'articles