Retour

Pas de jets à l'aéroport Billy-Bishop, confirme le ministre Garneau

Le ministre des Transports, Marc Garneau, affirme sur Twitter que son gouvernement n'a pas l'intention de rouvrir l'entente tripartite entre le fédéral, la Ville de Toronto et PortsToronto pour permettre à des jets d'atterrir à l'aéroport Billy-Bishop, au centre-ville.

Sans l'accord des trois parties, impossible d'allonger la piste pour que les avions de la C Series de Bombardier puissent s'y poser. 

Plutôt jeudi, le ministre Garneau avait laissé la porte entrouverte, affirmant qu'il était « prématuré » de décider d'appuyer ou non le projet du transporteur Porter, sans attendre les résultats d'études de faisabilité, lancées avant les élections. Les autres députés libéraux fédéraux de Toronto, eux, s'opposaient déjà au projet.

Un non catégorique?

Au début du mois, à la veille de l'assermentation du nouveau gouvernement libéral, le parti affirmait déjà qu'il s'opposait au projet de Porter à l'aéroport du centre-ville, citant une lettre, signée par les députés libéraux de la région de Toronto, envoyée au maire John Tory le 4 juin dernier :

À l'heure actuelle, seuls les avions à hélices sont permis à l'aéroport des îles.

Le mégaprojet de Porter

Le PDG de Porter, Robert J. Deluce, avait annoncé en grande pompe en 2013 un mégaplan d'expansion. Il planifiait d'acheter des jets de la nouvelle C Series de Bombardier pour desservir, à partir de 2016, des destinations comme Las Vegas, Miami et Vancouver. Pour ce faire, toutefois, il devait obtenir l'accord d'Ottawa et de la Ville pour lever l'interdit actuel contre les jets et financer le prolongement de la piste d'atterrissage principale de l'aéroport Billy-Bishop dans le lac Ontario.

M. Deluce continue à militer en faveur du projet, malgré la déclaration du Parti libéral au début du mois, affirmant qu'Ottawa devrait laisser les études de faisabilité en cours se conclure avant de prendre une décision.

Coup de pouce pour Bombardier?

Cette controverse survient alors que Bombardier presse le fédéral de lui accorder une aide financière pour ses nouveaux jets, comme l'a fait le Québec.

Si le projet de Porter, fondé sur la C Series, allait de l'avant, le transporteur torontois pourrait aider la compagnie québécoise à garnir son carnet de commandes. Toutefois, le ministre Garneau affirme que « la seule question » pour lui est le sort de l'aéroport Billy-Bishop.

Pour sa part, PortsToronto, l'organisme fédéral qui gère l'aéroport, dit ne pas avoir été informé de la position du nouveau gouvernement au sujet du projet d'expansion de Porter.

Plus d'articles

Commentaires