Retour

Pas encore de fusion entre les caisses Desjardins de Gaspé et Rivière-au-Renard

La fusion entre les caisses Desjardins de Gaspé et de Rivière-au-Renard n'aura pas lieu, du moins pour le moment. Même si cette proposition a été acceptée par 64 % des membres réunis en assemblée, mercredi, à Rivière-au-Renard, c'est insuffisant pour aller de l'avant.

Un texte de Martin Toulgoat

Il aurait fallu un vote de plus de 66 % pour que le projet de fusion soit accepté, soit les deux tiers des membres présents.

En début de semaine, le projet de fusion a été accepté dans une proportion de plus de 98 % par les membres de la Caisse populaire de la Baie-de-Gaspé, à Gaspé.

Selon la direction de la Caisse de la Baie-de-Gaspé et de la Caisse de Rivière-au-Renard, cette fusion ne devrait pas engendrer de perte de services et aucune abolition de postes, si jamais elle a lieu. Il s’agit avant tout d’une fusion administrative.

Monsieur Lévesque ajoute ainsi que cette fusion aurait permis de spécialiser des employés, d’éviter des bris de services en facilitant le remplacement d’employés en vacances.

« On parle aussi d’une économie annuelle de 535 000 $, ce qui est non négligeable », ajoute-t-il.

À Rivière-au-Renard, Desjardins compte 6400 membres. La direction assure qu’il serait impensable, comme dans de plus petits villages, de maintenir uniquement un service de guichets automatiques.

« Rivière-au-Renard, c’est un gros pôle économique, il y a des activités de pêches importantes, donc si on veut offrir un meilleur service, ça serait impensable de tout transférer à Gaspé », assure Denis Lévesque qui est aussi directeur par intérim de la Caisse Desjardins de Rivière-au-Renard.

Le conseil d'administration va analyser les résultats du vote et décidera s'il abandonne ou relance le projet de fusion des deux caisses.