Retour

Patrick St-Louis, un ancien employé de Cliffs qui revient de loin

Les familles qui vivent des difficultés financières sont parfois plus proches de nous qu'on ne le croit. Les travailleurs qui ont perdu leur emploi pendant la plus récente crise du fer se relèvent de trois années difficiles.

L'arrêt de la production des activités de Cliffs ressources naturelles à la mine Scully puis à la mine du lac Bloom a été dévastateur pour des centaines de travailleurs et de sous-traitants qui ont perdu leur emploi.

On est en 2014. Le Septilien Patrick St-Louis voit sa vie complètement bouleversée.

« Après ça, j'ai réussi à trouver un emploi pour une autre compagnie, un sous-traitant chez IOC. Mais on s'entend que les salaires d'un sous-traitant et les salaires d'une minière, c'est pas la même chose. »

Alors que Patrick doit apprendre à vivre avec 30 % de son ancien salaire, sa conjointe perd son emploi à la minière IOC.

« Mon père, comme il est retraité de Cliffs, il a perdu 25 % de son fonds de pension, alors il ne pouvait pas vraiment m'aider. »

Patrick est obligé de déclarer faillite. Mais comme plusieurs travailleurs, il garde espoir d'être rappelé au travail, un facteur de rétention selon le syndicat.

Ce moment est arrivé enfin l'été dernier quand Patrick a été rappelé par la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire, qui est en pleine croissance.

« C'est profiter du moment présent, l'important. Parce que si je regarde dans 10 ans, qu'est-ce qui dit que ça va encore fonctionner ? Je le sais pas. »

Avec la relance de la mine du lac Bloom par Minerai de fer Québec, près de 250 travailleurs ont été rappelés au travail à Sept-Îles et à Fermont.

Patrick St-Louis et sa famille comptent savourer ce nouveau départ, un jour à la fois.

D'après le reportage de Katy Larouche.

Plus d'articles

Commentaires