Retour

Pénurie d’appâts à l’Î.-P.-É. : la pêche au crabe commun ne sera pas devancée

Pêches et Océans Canada n'autorise pas le début hâtif de la pêche au crabe commun, à l'Île-du-Prince-Édouard, pour donner une source additionnelle d'appâts aux pêcheurs de homard aux prises avec une pénurie.

Les pêcheurs utilisent souvent le gaspareau comme appât dans leurs cages de homard. Mais les inondations au Nouveau-Brunswick ont créé une pénurie de ce type d’appât, ce qui a fait augmenter son prix. Peu de pêcheurs néo-brunswickois se sont aventurés sur les cours d'eau gonflés par la fonte des neiges à cause des courants forts.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard avait demandé au fédéral de devancer l’ouverture de la pêche au crabe commun, mais Ottawa n’a pas accédé à la demande parce qu’il n’avait pas assez d’inspecteurs disponibles pour surveiller les débarquements sur les quais, selon le ministre provincial des Pêches, Robert Henderson.

La pêche au crabe commence normalement à la fin juin.

Les inspecteurs sont tous occupés parce que les saisons de pêche au crabe et au homard battent leur plein, dans le golfe du Saint-Laurent.

La pénurie d’appâts ne nuira pas aux pêcheurs de homard à court terme, précise le ministre Henderson. Il souhaite toutefois qu’elle ne se prolonge pas.

Les pêcheurs de homard peuvent aussi se servir de hareng, de maquereau et de sébaste comme appâts, mais leur disponibilité - surtout celle du hareng - pose parfois problème aussi.