Le milieu de la restauration est aux prises avec un problème de recrutement de main-d'oeuvre, principalement des cuisiniers. Afin d'attirer des employés, des restaurateurs de la région ont décidé d'offrir des incitatifs à l'embauche.

Les étudiants en cuisine se succèdent au Centre de formation professionnelle de Jonquière. Ils sont si peu nombreux que les restaurants de la région se les arrachent.

Afin d'attirer de la main-d'oeuvre, le restaurant L'Usine de la Voie Maltée offre 1000 $ à l'embauche pour les cuisiniers.

Le Café Summum paie quant à lui les études de ses employés cadres.

« Il y a plusieurs objectifs, d’abord on l’a fait à petite échelle à La Baie pour créer de la rétention et ça a très bien fonctionné. Ils peuvent transférer leur acquis académique sur le terrain directement. C’est comme un stage à long terme rémunéré », explique Bénédict Morin, directeur général du Café Summum.

Pour le directeur adjoint du CFP Jonquière, ces incitatifs sont une bonne idée. Il précise toutefois que pour retenir les employés, il est important de les valoriser, entre autres en leur offrant du perfectionnement et de la formation.

« De toujours s’assurer que les cuisiniers aient des horaires qui respectent un peu le milieu familial », ajoute Carl Dumas.

Au Québec, 1800 finissants en cuisine arrivent sur le marché du travail chaque année alors qu'il y a 6000 emplois disponibles.

D’après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières