Retour

Pénurie de main-d'œuvre : le Château Frontenac en mode séduction

Signe que l'industrie hôtelière n'échappe pas à la pénurie de main-d'œuvre, le Château Frontenac a décidé d'afficher ses salaires concurrentiels dans la presse écrite afin de combler des dizaines de postes pour la saison estivale.

Un texte de Fanny Samson

L’hôtel cinq étoiles tente depuis des mois de recruter des employés pour l'été. Une cinquantaine de postes sont toujours à pourvoir.

Le Château Frontenac recherche notamment des préposés aux chambres, des apprentis cuisiniers, des pâtissiers et des serveurs.

« Je pense que c'est vraiment important de comprendre qu'on n'est pas les seuls », indique la responsable du recrutement au Château Frontenac, Francine Gauthier.

Certains postes difficiles à combler sont maintenant proposés à un taux horaire maximum dans une publicité affichée dans Le Journal de Québec. Une préposée aux chambres est payée 23 dollars de l'heure.

Un problème partout

Selon l'Association hôtelière de la région de Québec, il y a 350 emplois à combler pour la période estivale, excluant la restauration.

« On comprend entièrement le tout, c'est sûr que quand on regarde les tarifs, ça fait peur à des plus petits hôteliers qui n'ont peut-être pas nécessairement les moyens », indique la directrice générale, Marjolaine de Sa.

« Il n'y a pas juste le salaire »

Michelle Dorée, propriétaire de plusieurs hôtels dans le Vieux-Québec, reconnaît qu’il est difficile d’égaler les salaires offerts par les établissements comme le Château Frontenac.

Elle mentionne toutefois que les employés ne sont pas uniquement attirés par l’argent. Les conditions de travail et la garantie d’avoir des heures tout au long de l’été, entre autres, peuvent jouer en faveur des hôtels de taille plus modeste.

« Dès que la saison a un peu tombé, si tu es la dernière arrivée, bien tu n’as pas d’heure. Alors oui, ton 20 $ de l’heure, il est très beau, mais quand tu travailles 1 heure ou 2 par semaine, t’es peut-être mieux, si tu veux une paye, de travailler à [un salaire] un peu moindre, mais d’avoir des conditions de travail l’fun, intéressantes, de pouvoir avoir des vacances un peu », fait valoir Mme Dorée.

Comment recruter?

Le Château Frontenac a déjà reçu 400 candidatures lors de sa période de recrutement en 2008. Cette année, seulement 50 employés potentiels ont démontré de l'intérêt.

L’établissement se défend de mener une concurrence déloyale aux autres hôtels en offrant des salaires très compétitifs et en les affichant dans les médias.

« Ce n'est pas parce qu'on veut nécessairement écraser les autres, on a tous besoin de candidats potentiels, de bons candidats, de bons talents », assure la responsable du recrutement du Château Frontenac, précisant que les salaires sont publics et affichés dans leur convention collective.

Les gens de l'industrie s'entendent pour dire qu'il faudra revaloriser les métiers du secteur hôtelier et recruter à l'étranger.