Retour

Peu de municipalités du Nord connaissent les appels à l'action de la Commission Vérité et réconciliation

Environ 150 délégués participent jusqu'à vendredi au congrès annuel de NOMA (Northwestern Ontario Municipal Association). Parmi les présentations, les élus municipaux ont pu en apprendre davantage sur la collaboration avec les Premières Nations pour le développement économique.

Un texte de Caroline Bourdua

Les délégués présents ont eu un avant-goût d’une étude de l’Institut des politiques du Nord portant sur l’impact des relations interculturelles et le développement économique dans le Nord de la province.

La chercheuse Jamie McEntyre a entamé l’étude en janvier 2017.

« Nous avons parlé à des agents de développement économique dans tout le Nord de l’Ontario, pour savoir comment augmenter leur réseau de contacts. Nous avons sondé des agents municipaux, et des membres des communautés autochtones », explique mme McEntyre

Les grandes lignes de l’étude

Intitulée « How Cross-cultural Relationship Building Empowers Economic Development in the North  », l’étude révèle que les agents de développement économique constituent un atout précieux, et qu’il y a lieu d’augmenter le réseautage.

« Parce que les agents de développement économique sont les premiers contacts entre groupes, lorsqu’il est question de former des partenariats entre communautés et entreprises », indique madame McEntyre.

Les Premières nations comme partenaireL’étude aborde les relations entre municipalités et groupes autochtones.

Mme McEntyre souligne que les politiques de développement économique diffèrent entre les deux groupes, mais les priorités et les besoins sont similaires.

« De cette façon, explique Jamie McEntyre, il est plus efficace de solliciter des fonds auprès des gouvernements quand les demandes touchent une plus large couche de population. »

Quatre recommandations sortiront de ce rapport

Cette étude colle bien au thème du congrès de cette année : « Vérité et réconciliation », selon mme McEntyre.

« D’ailleurs nous avons demandé aux municipalités si elles connaissaient les appels à l’action découlant de la Commission Vérité et réconciliation. Seulement 29 % ont répondu dans l’affirmative, ce qui laisse place à beaucoup d’éducation et d’amélioration, pour apprendre le contexte et l’histoire des Premières Nations dans le nord de l’Ontario », indique la chercheuse.

La version définitive du rapport doit être publiée plus tard cette année.

De nouveaux dirigeants pour NOMA

Les délégués ont par ailleurs choisi jeudi une nouvelle présidente et un nouveau vice-président.

La mairesse de Shuniah Wendy Landry succède à David Canfield, le maire de Kenora.

Et c’est le maire Doug Lawrance de Sioux Lookout qui devient le vice-président.

Le mauvais temps : trouble-fête du congrès des municipalités à Thunder Bay

Les assises annuelles de NOMA (Northwestern Ontario Municipal Association) devaient accueillir cette année environ 250 délégués.

Mais la pluie verglaçante qui s’abat depuis mercredi sur le Nord-Ouest de la province a forcé l’annulation de plusieurs vols, empêchant du même coup la participation d’une centaine de délégués.

Le député conservateur de Parry Sound-Muskoka Norm Miller et la députée néo-démocrate de Kenora-Rainy River Sarah Campbell, ont tous les deux annulé leur visite.

Même la première ministre Kathleen Wynne qui devait s’y rendre n’a pu faire le voyage mercredi.

Et jeudi, c’est le budget ontarien qui la retient à Queen’s Park.

Plus d'articles

Commentaires