Retour

Pierre Moreau rejette l'arbitrage réclamé par les ingénieurs de l'État

Le président du Conseil du Trésor, Pierre Moreau, a rejeté lundi soir la demande d'arbitrage formulée plus tôt par le syndicat qui représente les ingénieurs de l'État québécois.

M. Moreau « invite l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec [APIGQ] à revoir sa position et à retourner rapidement à la table des négociations ».

Il s'est dit « étonné » que les représentants de l'APIGQ n'aient pas déposé de contre-offre à celle du gouvernement (la septième), « laquelle répondait spécifiquement aux recommandations de la commission Charbonneau relatives à l'expertise interne ».

Le syndicat affirmait en effet vendredi qu'il présenterait une contre-proposition lundi au Conseil du Trésor.

Les ingénieurs réclamaient un « arbitrage neutre et indépendant avec une décision exécutoire pour solutionner l'impasse » dans le conflit de travail qui les oppose à Québec.

Le président du syndicat, Marc-André Martin, avait ajouté que les ingénieurs étaient prêts à reprendre le travail mardi matin si le gouvernement acceptait la tenue de cet arbitrage.

« Pourquoi le gouvernement libéral tient mordicus à maintenir un écart salarial aussi grand entre ses ingénieurs et ceux des firmes de génie-conseil? » demandait Marc-André Martin, lundi après-midi, tout en se questionnant sur l'apparence d'un conflit d'intérêts dans le comportement du gouvernement.

Québec a offert à ses ingénieurs environ 8 % d'augmentation de salaire sur cinq ans, de 2015 à 2019.

L'offre, qualifiée d'inacceptable par l'APIGQ, demeure bien inférieure au rattrapage salarial de 20 % qu'elle réclame. Les 1300 ingénieurs de l'État québécois sont en grève depuis le 24 mai.

Le président du Conseil du Trésor, Pierre Moreau, a dit à plusieurs reprises au cours des dernières semaines qu'il n'hésiterait pas à faire adopter une loi spéciale s'il constatait un échec des négociations.

Plus d'articles

Commentaires