Retour

Pinawa souhaite accueillir un réacteur nucléaire modulaire

Pinawa abrite déjà un centre de recherche nucléaire, mais la municipalité se positionne maintenant pour devenir la première communauté au monde alimentée par un réacteur nucléaire modulaire.

Avec le processus de démantèlement des installations du laboratoire de recherche nucléaire, la communauté de Pinawa espère que l'arrivée de cette nouvelle technologie va équilibrer les pertes d'emploi dans le secteur et revitaliser l'économie de la région.

« Il s'agit d'une nouvelle technologie mise au point pour desservir les communautés isolées et qui peut être utilisée à travers le pays. C'est aussi une grande source d'énergie pour beaucoup d'endroits qui ne dépendent pas des réseaux », explique Blair Skinner, le maire de Pinawa et lui-même ancien scientifique auprès d'Énergie atomique du Canada limité (EACL).

Il explique avoir travaillé pendant des années afin de développer un réacteur nucléaire, mais indique que l'intérêt pour ce type d'énergie s'est accru au Canada pour les communautés isolées et les camps miniers notamment.

« Pinawa est le meilleur site, car nous avons le soutien des communautés locales et nous avons déjà l'autorisation de la Commission canadienne de sûreté nucléaire », souligne Blair Skinner. Il ajoute que le site de Pinawa est également sécurisé, est protégé contre les incendies et fait déjà l'objet de mesures de sécurité environnementales.

Selon le maire, en accueillant un réacteur nucléaire modulaire, Pinawa prouverait que la technologie fonctionne de façon sécuritaire et fiable. Il estime qu'entre 50 et 100 d'emplois pourraient être créés, sans compter les emplois indirects.

Reconnaissance internationale

Il insiste aussi sur les opportunités de formation pour la jeunesse manitobaine et l'implication des Premières Nations environnantes en terme d'emplois et de formation.

« Ce n'est pas seulement Pinawa, mais toute la région qui pourrait en bénéficier, sans compter que cela donnerait une reconnaissance internationale à la communauté », explique Blair Skinner.

Bien qu'il s'agisse d'un secteur très compétitif, l'ancien scientifique souligne que la technologie n'est pas encore commercialisée, mais que plusieurs compagnies se disputent déjà la création du premier site dans le monde et que Pinawa fait figure de favori.

Blair Skinner explique que le réacteur à uranium serait relativement petit, seulement deux mètres de large sur dix mètres de long. Il serait enchâssé dans un silo enterré à 25 mètres sous terre.

Le démantèlement du laboratoire de recherche nucléaire de Pinawa a débuté en 1998. À ce jour, le site continue d'employer 350 personnes.