Maintenant qu'elle est propriétaire du bâtiment et de l'équipement de l'ancienne usine de Rocktenn, la Ville de Matane souhaite vendre les installations afin de rendre le site plus attrayant pour d'éventuels promoteurs.

Un texte de Joane BérubéL’objectif serait, dans un premier temps, de vider complètement l’entrepôt et la partie centrale de l’usine, explique le maire de Matane Jérôme Landry.Matane a beaucoup de pain sur la planche, car il n’y avait pas que deux bouilloires à biomasse dans l’ancienne cartonnerie quand la Ville a repris possession de la cartonnerie et réglé tous les différends juridiques quant à la propriété des équipements.

Rocktenn avait tout laissé. « La seule chose qu’ils ont faite, raconte le maire de Matane, c’est qu’ils ont perforé les cylindres du séchage pour s’assurer que l’équipement ne serve pas à une autre entreprise. »

Le propriétaire suivant, Innoventé, a surtout récupéré des éléments comme l’acier galvanisé ou le cuivre.

La machine à carton, elle, est toujours en place.

Démantèlement régional

La Ville a reçu des appels d’acheteurs potentiels, dont la compagnie Kruger qui dispose d’une technologie semblable à celle qui était utilisée par RockTenn à Matane. Kruger a fait une offre de 85 000 $ pour certaines pièces. La Ville entend déposer sous peu une contre-offre.

D’après le maire, Kruger s’est aussi montrée intéressée par d’autres éléments.

La Ville préférerait que le travail de démantèlement soit effectué principalement par des gens de la région. « On l’a vu avec Innoventé ce qu'ils ont fait avec une entreprise française, et je peux vous dire que ça ne s’est pas fait de la meilleure manière. Le site de Chandler, ç’a été difficile », commente M. Landry.

La Ville a aussi renouvelé en décembre le bail de Groupe Bouffard qui loue un espace d’entreposage dans l’ancienne cartonnerie.

La Ville espère, avec les revenus du démantèlement, créer un fonds pour mettre le site à niveau et augmenter ses revenus de location. Le maire songe notamment à des besoins d’entreposage pour le port.

La Ville espère être en mesure de démarrer les travaux à l’automne 2018.

Plus d'articles

Commentaires