Retour

Pointe-aux-Trembles : le projet pilote de navette fluviale a été populaire

Les résidents de l'est de Montréal qui rêvent d'un service de navette fluviale vers le Vieux-Port peuvent se réjouir. L'essai qui a été fait la semaine dernière entre Pointe-aux-Trembles et le Quai Jacques-Cartier a été un succès.

Un texte de Jean-Sébastien Cloutier

En cinq jours, 4604 passagers sont montés à bord du bateau l'Explorateur de la compagnie Navark. Parmi eux, il y avait beaucoup de travailleurs et d'étudiants.

Selon la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT), Chantal Rouleau, la moitié de ces passagers sont habituellement des automobilistes, ce qui a sans doute contribué à diminuer la circulation.

Le trajet en bateau durait 22 minutes en moyenne et le billet coûtait 3,25 $. Le service était offert entre 7 h et 18 h.

« C'est un très grand succès. Ce qui est assez exceptionnel, c'est que les gens arrivaient à bon port avec le sourire! », se réjouit la mairesse qui a ce projet à cœur depuis des années.

Dans un monde idéal, elle imagine proposer un véritable projet pilote d'ici l'automne et un service régulier à compter de 2019.

Chantal Rouleau ne dit pas combien l'expérience a coûté à son arrondissement, mais elle compte maintenant convaincre des partenaires comme la Ville de Montréal, le Réseau de transport métropolitain et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports de financer un service régulier de navettes fluviales.

Candidate pour la Coalition avenir Québec aux élections provinciales de l'automne, elle s'engage à promouvoir son projet à Québec si elle est élue.

« C'est nécessairement quelque chose que je vais toujours encourager. La campagne débute à la fin du mois d'août. D'ici là, je joue mon rôle de mairesse », indique-t-elle.

Le responsable du transport au comité exécutif de Montréal, Éric Alan Caldwell, est ouvert à l'idée, mais voudrait plus d'informations

« On est ouvert à toutes les initiatives qui permettent une meilleure mobilité pour les Montréalais, dit-il. C'est un projet de l'arrondissement. On demande à l'arrondissement de nous communiquer les données qu'ils ont ramassées, leurs projections financières, les conclusions qu'ils tirent de cette expérience-là et on va la regarder. On est ouvert à tout. »

Il croit aussi que ce projet devrait être intégré à l'offre de transport en commun et souhaite donc que les démarches se poursuivent de concert avec l'Agence régionale de transport métropolitain.

L'an dernier, une étude de la Société de transport de Montréal concluait qu’entre 200 et 1000 déplacements par jour pourraient être transférés vers la navette fluviale. Cela concerne des Montréalais qui prennent aujourd’hui leur voiture ou l'autobus. La question des coûts n'a jamais été abordée en détail.