Retour

Pont de la Confédération : 20 ans d’augmentation du péage

L'entreprise responsable du pont de la Confédération reconnaît qu'elle reçoit des plaintes d'automobilistes chaque fois que le péage augmente, ce qui survient chaque année depuis l'ouverture du pont, il y a exactement 20 ans.

L’automobiliste Patrick Schwartz affirme que le péage actuel, de 46,50 $, est élevé. Il dit que ce serait bien si un rabais était offert aux habitants de l’Île-du-Prince-Édouard.

Jordan Giddings, un autre automobiliste, estime que le péage empiète sur la liberté de déplacement des insulaires. S’il n’en tenait qu’à lui, dit-il, il abolirait le péage.

Malgré les pétitions et la campagne menée par le sénateur prince-édouardien Percy Downe, le péage augmente. Il est progressivement passé de 35 $ à 46,50 $ depuis l’ouverture du pont, le 31 mai 1997.

Michel LeChasseur, directeur général de l’entreprise Strait Crossing Bridge, qui est responsable du pont, dit que des utilisateurs se plaignent chaque fois que le péage augmente. L’entreprise ne fait que suivre les règles. Il précise que le contrat conclu avec le gouvernement fédéral prévoit une augmentation annuelle du péage équivalente à 75 % du taux d’inflation.

Un contrat de 35 ans

Lorsqu’il a décidé d’établir un lien fixe entre l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, le gouvernement fédéral a accordé le contrat à des entreprises rassemblées sous le nom de Strait Crossing Development.

Cette dernière a conçu et construit le pont de 1 milliard de dollars, et elle est responsable de sa gestion pour 35 ans, jusqu’en 2032. En échange, le fédéral paie le pont sur 35 ans par l’entremise d’une subvention annuelle, et Strait Crossing conserve tous les revenus du péage.

Selon les plus récentes données rendues publiques, les revenus du péage ont surpassé 500 millions de dollars de 1997 à 2013. Strait Crossing ne précise pas où va cet argent, mais M. LeChasseur reconnaît qu’une certaine partie constitue le profit de l’entreprise et de ses actionnaires.

Selon Michel LeChasseur, si le gouvernement fédéral décide un jour d’abolir le péage, il devra compenser Strait Crossing pour cette perte de revenu. Peu importe s’ils paient un péage ou des impôts, ce sont toujours les gens qui paient, souligne-t-il.

Qui doit payer le pont de la Confédération?

Le sénateur Percy Downe affirme que le gouvernement fédéral devrait payer comme il le fait pour des traversiers en Atlantique et comme il va le faire pour un autre pont.

Le gouvernement Trudeau compte subventionner entièrement le nouveau pont Champlain qui sera construit à Montréal pour 4 milliards de dollars, sans exiger le moindre péage.

Percy Downe ajoute que le fédéral est le propriétaire des deux ponts. Il demande pourquoi il y a un péage dans les Maritimes et non à Montréal.

Une décision politique, selon un député

Le ministre de l’Infrastructure du Canada, Amarjeet Sohi, a expliqué que le nouveau pont Champlain n’aura pas de péage parce qu’il va remplacer le pont existant.

Le député fédéral libéral Wayne Easter avance une autre explication. Il dit que les partis politiques durant les dernières élections fédérales convoitaient les votes dans la région de Montréal, et que c’est pour cela qu’il n’y aura pas de péage sur le nouveau pont Champlain.

Selon le sénateur Downe, le premier ministre Justin Trudeau a reconnu en janvier que la traversée du pont de la Confédération est coûteuse et qu’il en discuterait avec les députés insulaires.

Le sénateur espère que le gouvernement prenne en considération ses idées de réduire les coûts des automobilistes en leur accordant un crédit d’impôt ou en diminuant le péage et en compensant Strait Crossing. Selon lui, si le contrat était prolongé suffisamment, il serait possible de réduire ou même d’éliminer le péage.

Wayne Easter affirme toutefois que les députés insulaires n’ont encore eu aucune discussion avec le premier ministre au sujet du péage sur le pont de la Confédération ou des idées du sénateur Downe.

Le contrat du pont de la Confédération va expirer dans 15 ans. Le ministère des Transports du Canada dit qu’il va évaluer les diverses options pour la suite des choses bien avant la fin du contrat actuel.

Entre-temps, ajoute le député Easter, les automobilistes devraient être reconnaissants de pouvoir traverser le détroit de Northumberland en 10 minutes seulement, même s’il faut pour cela payer un péage.

D'après le reportage de Steve Bruce, CBC

Plus d'articles

Commentaires