Retour

Portes closes pour le Regroupement des pêcheurs des côtes des Îles-de-la-Madeleine

Le Regroupement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles-de-la-Madeleine (RPPCI) ne parvient pas à obtenir un financement gouvernemental pour ses activités.

Un texte de Joane BérubéDeux ans après sa fondation, à la suite d’une scission avec l’Association des pêcheurs professionnels des Îles-de-la-Madeleine (APPIM), le Regroupement assure son fonctionnement avec les seules cotisations de ses membres.

Selon le regroupement, le ministère subordonne le financement des associations à leur affiliation à l’Alliance des pêcheurs. Toujours, d’après le président du RPPCI, le regroupement devrait investir 18 000 $ pour payer leur cotisation étant donné le nombre important de membres qu'il représente.

L’organisation a refusé de s’exécuter et demande auparavant à connaître les statuts et règlements de l’Alliance.

Le regroupement a aussi entrepris des démarches au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation pour que les règles de financement soient modifiées.

L’organisme a de même écrit au ministre en poste, Laurent Lessard, pour lui faire part de ses doléances quant au financement des organisations de pêche, mais n’a pas obtenu de réponse.

Ouverture possible pour 2019

Charles Poirier rapporte toutefois que le député des Îles, Germain Chavarie, leur a indiqué que le financement des associations de pêche pourrait être revu en 2019. « Mais on n’a rien en vue pour la prochaine année, dit-il, on est la plus grosse association de pêcheurs au Québec, mais on est exclus des subventions ministérielles. »

Le président de l’Alliance des pêcheurs et président du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O’Neil Cloutier, rappelle que l’alliance est un regroupement provincial qui rassemble une seule association membre par région et que c’est présentement l’APPIM qui représente les Îles.

Cette réponse, indique M. Cloutier, a déjà été transmise au RPPCI. Ce serait, croit-il, aux Madelinots à s’organiser pour avoir une seule représentation régionale.

Pas d'allocation de crabe des neiges en 2018

L’an dernier, le Regroupement a pu compter sur 50 % de la petite allocation de crabes des neiges consentis aux homardiers.

Une partie des revenus, 160 000 $, a été investie dans la recherche et une autre partie a servi au fonctionnement du Regroupement.

Cette année, les deux associations qui représentent les homardiers des Îles n’ont pu s’entendre sur le partage.

Pêches et Océans a décidé d’attribuer temporairement sept allocations dans les zones 12 et 12 F qui seront tirées au sort par homardiers qui auront soumis leur nom avant le 3 mai, 16 h.

Plus d'articles