Retour

Près de 200 employés d’Ontario Northland en lock-out 

Alors que les négociations contractuelles stagnent, 195 mécaniciens de train et d'autobus de la Commission de transport Ontario Northland sont en lock-out depuis samedi matin à North Bay et Cochrane. Plusieurs occupent un garage de la Commission à North Bay depuis les petites heures du matin samedi.

Vers 2 h, les membres de la section 103 du syndicat Unifor sont entrés dans le garage de la Commission sur la rue Wallace à North Bay. Ils sont restés sur les lieux pendant plusieurs heures.

Le président, Andy Mitchell affirme qu'avec cette action qu'il qualifie d'illégale, le syndicat veut répondre à l'action illégale de l'agence qui avait fermé ses portes aux employés trois jours avant le début officiel du lock-out.

Le Conseil canadien des relations industrielles a alors statué que Ontario Northland ne pouvait pas empêcher ses employés de rentrer au travail pendant le préavis de 72 heures.

Le président expliquait que les syndiqués étaient prêts à se relayer pour occuper le bâtiment jusqu'à ce qu'une entente soit conclue avec l'employeur. 

La partie patronale a été au courant de la situation, mais ne commentera pas avant lundi. La police de North Bay surveille de près le conflit de travail et est en contact avec les deux parties.

Les travailleurs membres du syndicat Unifor sont sans contrat de travail depuis décembre 2013.

Le syndicat dit faire des compromis et accuse l'employeur de présenter la même proposition qu'il y a une semaine.

Du côté patronal, on juge que les propositions du syndicat sont irréalistes et qu'elles ne correspondent pas aux ententes que la compagnie a récemment signées avec d'autres groupes de syndiqués.

Il y a eu un bref retour à la table des négociations vendredi, mais pour l'instant, aucune autre rencontre n'est prévue.

Avec le reportage de Sophie Houle-Drapeau

Plus d'articles

Commentaires