Retour

Prêts à des crabiers effacés: un pêcheur de homard s'insurge

L'effacement de prêts à 13 pêcheurs de crabe de la Péninsule acadienne continue à faire des vagues.

Des pêcheurs de crabe sont mécontents, d'autres y voient des démarches légitimes, selon le contexte. Mais très peu de pêcheurs veulent en parler publiquement.

Le pêcheur de homard Édouard Breau, de Covedell, lui ne se fait pas prier pour dire ce qu'il en pense. Il y voit une injustice.

Le 5 mai 2013, cinq bateaux de pêche au homard ont été détruits par le feu, au quai de Tabusintac. Édouard Breau a perdu son bateau de fibre de verre, qui avait été construit dix ans auparavant. Il n'avait pas de police d'assurance. Peu après les événements, il a indiqué qu'il avait perdu 200 000 $. Depuis, il continue de pêcher le homard, mais à bord d'un bateau qu'il loue. Il aurait aimé recevoir de l'aide du gouvernement pour se remettre sur pieds.

« J'ai demandé de l'aide au gouvernement et je n'ai rien reçu, explique Édouard Breau. Je me suis battu pour ça. Ils m'ont référé à l'organisme des prêts aux pêcheurs du gouvernement. Ils m'ont dit que je pouvais avoir de l'argent, qu'il y avait de l'argent. À l'intérêt qu'ils demandaient, ça aurait été mieux d'aller à la caisse populaire. Est-ce qu'ils voulaient nous aider ou nous endetter encore davantage? »

Édouard Breau précise qu'il voulait simplement avoir de l'aide pour, au moins, construire la coquille d'un nouveau bateau. « Le gouvernement n'avait pas d'argent pour nous autres, insiste-t-il. Mais il en a pour toutes sortes de choses. Il aide l'industrie du sirop d'érable et toutes sortes d'autres secteurs, mais il n'a jamais pu nous venir en aide. »

Plus d'articles

Commentaires