Retour

Privatisation d'Hydro One : la Cour d'appel donne raison à Kathleen Wynne

Le plus haut tribunal de l'Ontario a statué qu'il n'y a aucune preuve que la première ministre Kathleen Wynne ou l'un de ses ministres aient agi de mauvaise foi en privatisant partiellement Hydro One.

La Cour d'appel a confirmé une décision antérieure qui rejetait une poursuite contre la province.

Celle-ci avait été déposée en 2016 par le Syndicat canadien de la fonction publique, qui accusait les libéraux d’abus de pouvoir quant à la décision du gouvernement de vendre des actions du distributeur d’électricité.

Le Syndicat affirmait que la vente des actions du distributeur d'électricité avait été conclue dans le but de récompenser les entreprises qui contribuaient à la caisse du Parti libéral de l'Ontario.

La première ministre Kathleen Wynne s'est toujours défendue en disant que le Commissaire à l'éthique s'était penché sur le dossier et n'avait rien trouvé à reprocher à son gouvernement.