Retour

Production d'énergie marémotrice : la Nouvelle-Écosse veut encourager l'innovation

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse cherche des entreprises qui veulent tester leurs systèmes de production d'énergie marémotrice dans la baie de Fundy et dans le lac Bras d'Or, au Cap-Breton.

« Nous voyons de plus en plus de concepts innovateurs en production marémotrice et l’industrie évolue extrêmement rapidement. Nous voulons fournir aux entreprises intéressées une occasion de tester leurs appareils et leurs systèmes », dit la directrice des énergies renouvelables au ministère de l’Énergie, Sandra Farwell.

Tous les sites expérimentaux du Fundy Ocean Research Centre for Energy, dans le passage Minas, sont actuellement occupés.

Technologie innovatrice

Big Moon Power est une des entreprises intéressées à tester sa technologie. Elle n’utilise pas de turbine, comme la plupart des autres compagnies.

Son système innovateur est constitué de deux parties : une génératrice, sur la terre ferme, et une plateforme flottante à laquelle est attachée une plaque de métal sous-marine.

La génératrice et la plateforme sont reliées par un câble. Quand le câble bouge, en fonction des mouvements de la plateforme flottante, de l’électricité est créée.

Un des gestionnaires de Big Moon Power, Jamie MacNeil, affirme que l’énergie marémotrice est plus fiable que les autres formes d’énergie renouvelable parce qu’elle est plus prévisible.

« Avec les marées, un acheteur peut savoir la quantité d’énergie que nous produirons dans cinq minutes, dans deux ans ou dans cinq ans. Cette prévisibilité est un grand avantage, quelque chose que vous ne trouvez pas dans le solaire ou l’éolien » , dit Jamie MacNeil.

Big Moon Power veut faire ses tests dans les eaux près du cap Split.

Sandra Farwell estime que le processus, allant de l’approbation du projet à la mise à l’eau des appareils, devrait prendre de deux à cinq ans, selon le dossier des entreprises candidates. Le programme provincial vise la production totale de dix mégawatts d’énergie.