Retour

Prospection dans la région de Bathurst dans l’espoir d’ouvrir une petite mine

L'entreprise Osisko Metals fait de la prospection dans le camp minier de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, dans l'espoir de faire une découverte qui mènerait à l'ouverture d'une petite mine.

Au cours des dernières décennies, le camp minier de Bathurst a fait l'objet de nombreux travaux de prospection minière. Osisko Metals cherche à valider les données répertoriées tout en intensifiant l'exploration.

« C'est de regarder le camp minier avec de nouvelles lunettes, si on veut. On va combiner ça avec les anciennes données et essayer de trouver de belles cibles à forer, et peut-être faire des découvertes », explique Jeff Hussey, président-directeur général d’Osisko Metals.

L'entreprise a un objectif précis. « C'est de trouver un minimum de minerai qui pourrait être mis en production. Notre objectif, c'est dix millions de tonnes à 10 % combinés plomb, zinc », souligne M. Hussey.

Par comparaison, dix millions de tonnes c'est la quantité que produisait l'ancienne mine Brunswick en trois ans. Il faudrait une dizaine d'années à Osisko Metals pour extraire la même quantité de minerai.

« Nous, ce qu'on cherche, le concept minimal, c'est 1200 à 1500 tonnes par jour », précise Jeff Hussey.

Des foreuses de l’entreprise sont à l'oeuvre sur le terrain depuis quelques mois déjà. Elle recueille ainsi des échantillons de sol rocheux, indique M. Hussey, ce qui pourrait mener à la découverte de gisements potentiellement exploitables.

« On mesure la profondeur, on mesure la largeur et dans les tags d'échantillons, on mesure la quantité de ce qu'il y a dans le volume de roc », dit-il.

Osisko Metals cherche principalement du zinc, un minerai qui fait l’objet d’une forte demande à l’heure actuelle sur le marché international.

« C'est vraiment de bons prix en ce moment parce qu’il y a eu peu d'exploration et de développement pour le zinc. Donc, c'est pour ça qu'on a [un engouement] et c'est pour ça qu'on est revenu au camp minier de Bathurst », affirme Jeff Hussey.

Si la prospection donne les résultats escomptés, on passera aux étapes suivantes. « De faire des études d'ingénierie, voir si c'est économique et commencer à planifier une construction. Ça peut prendre trois à cinq ans à faire ces études-là, avoir les permis et tout, et tout », ajoute-t-il.

Cet ancien géologue de la mine Brunswick reste prudent, mais il estime que les probabilités de découvrir des filons intéressants dans le camp minier de Bathurst sont bonnes.

D’après un reportage de François Vigneault