En avril dernier, IGA annonçait en grande pompe une baisse massive de prix. Est-ce simplement un coup de marketing ou s'agit-il d'une véritable aubaine pour le consommateur?

Un texte de Gildas Meneu de l'émission L'épicerie

En tout, ce sont 8500 produits qui ont vu leur prix baisser de 5 % à 7 % chez IGA, spécifie la chaîne d'épicerie. Cela représente environ 20 % du nombre total des produits en vente dans un grand supermarché.

Les résultats de notre enquête

L'épicerie a relevé les prix de 769 produits visés par la baisse chez IGA. Elle les a ensuite comparés aux prix chez Metro, Provigo, Maxi, Super C et Walmart. Sur les 769 produits, la baisse est en moyenne de 12 %.

Une chaude lutte

Ces données montrent à quel point la concurrence est féroce dans le milieu de la vente au détail. Toutes les chaînes d'alimentation affirment offrir les meilleurs prix. « C'est une industrie énorme », analyse Jean-Daniel Brisson, spécialiste des questions agroalimentaires du Groupe Conseil StratEXEC. « Dans cette industrie, les parts de marché sont de plus en plus difficiles à préserver. »

Sobey's (IGA), Loblaw (Provigo) et Metro détiennent des parts de marché presque identiques, entre 21 % et 23 %. Costco et Walmart, pour leur part, sont passés progressivement de 13 % à 20 %. « Ça met une pression énorme sur les distributeurs pour aller chercher de nouvelles sources de revenus », ajoute M. Brisson.

Pour financer une partie de sa baisse de prix, IGA a décidé de mettre fin à sa politique de donner un article gratuit aux consommateurs par tranche de 70 $ d'achats.

L'entreprise a également revu sa façon de travailler avec les fournisseurs, en les mettant en compétition.

La baisse de prix ne touche cependant pas la viande et les poissons, ni les fruits et légumes. En fait, elle concerne principalement les produits qui se trouvent dans les allées du centre du magasin, en majorité des produits transformés, ainsi que les produits laitiers.

S'agit-il d'une baisse des prix « permanente »? « Non », répond Yves Laverdière. « Dans le périssable, les prix peuvent bouger chaque jour. Mais dans l'épicerie, normalement, deux fois par année, certains fournisseurs nous amènent des hausses de prix. »

Cette campagne de marketing a pour objectif de stimuler la circulation, l'achalandage dans les magasins.

Baisses de prix, mais aussi... hausses de prix!

Pendant la campagne de publicité, de nombreux consommateurs ont noté que le prix de certains produits avait augmenté. IGA nous a confirmé que les prix de près de 2000 produits ont augmenté.

L'entreprise a d'ailleurs dû réviser sa campagne de publicité sur Internet. Pour Jean-Daniel Brisson, ce dérapage aurait pu être évité. « Ils se sont un peu enfargés dans les fleurs du tapis avec les 2000 produits à la hausse », affirme-t-il. « Ils auraient dû le dire dès le départ. »

Mais selon l'expert en stratégie de mise en marché dans l'agroalimentaire, « la pseudo guerre des prix à laquelle on assiste actuellement ne devrait pas durer [plus que] quelques mois. »

Plus d'articles

Commentaires