Retour

Québec donne la réplique à Tourisme Montréal

Avec un brin d'humour, l'Office du tourisme de Québec a répondu mercredi à une publicité lancée récemment par Tourisme Montréal.

Un texte de Charles D'Amboise

C’est qu’en janvier, la campagne de Tourisme Montréal, intitulée « Chère Québec, J’ai changé. Reviens me voir », invitait la population de la capitale à venir découvrir comment la métropole s’était embellie lors de la saison froide.

« Salut Québec, c’est Montréal […] J’ai changé, tu sais. Je suis plus allumée, plus colorée, plus animée que jamais. J’aimerais ça que tu me voies sous mon meilleur jour… et nuit. J’ai changé, Québec », pouvait-on entendre dans une vidéo de 30 secondes.

Lorsque l’équipe de l’Office du tourisme de Québec a vu la publicité, l’idée de répondre est venue naturellement, explique Éric Bilodeau, directeur des communications et du marketing de l’Office du tourisme.

« En marketing, toute occasion est bonne […] C’est de bonne guerre avec Tourisme Montréal. On travaille ensemble à l’année longue, surtout sur les marchés éloignés. »

Le bureau de Québec de la firme Cossette a donc été mandaté pour réaliser une campagne. Sur un ton bon enfant, la firme a joué le jeu, en vantant les attraits hivernaux de la capitale, dont le Carnaval de Québec et la terrasse Dufferin.

« J’aimerais ça qu’on se revoit, mais je suis tellement occupée. Toujours embarquée dans 1000 affaires. Si on se redonnait rendez-vous à mi-chemin », répond Québec.

Belle occasion

L’Office du tourisme de Québec a déboursé 8000 $ pour la production de la campagne. Une dépense qui a créé un événement marketing payant pour Québec, selon M. Bilodeau.

« Parfois, on paie un placement publicitaire dans un média américain 50 000 $ US. Alors je peux vous dire que 8000 $, ce n’est pas beaucoup pour une belle petite opportunité marketing qui fait autant parler. »

Qui plus est, l’hiver représente une période pendant laquelle l’Office du tourisme souhaite attirer de plus en plus de visiteurs.

« Le temps des Fêtes a été encore meilleur que l’an dernier, qui était déjà une année record. Le tourisme hivernal, il faut encore en faire plus la promotion [...] parce qu’il y a encore des parts de marché à aller chercher », explique-t-il.

Avec la collaboration d'Alain Rochefort

Plus d'articles

Commentaires