Retour

Quotas de pêche à T.-N.-L : le premier ministre promet de soutenir la population à travers cette « transition »

Le premier ministre de Terre-Neuve-Labrador, Dwight Ball, a promis de soutenir les gens « en transition » à la suite des récentes réductions des quotas de crevettes nordiques et de crabe des neiges.

Pêches et Océans Canada a annoncé que les quota de crevettes allaient être coupés de 63 % et que le total de pêches allouées pour le crabe des neiges allait descendre de 22 % cette année.

« Nous reconnaissons et nous savons qu’il va y avoir besoin d’un investissement du gouvernement provincial, a dit Dwight Ball mardi. Nous allons être là pour appuyer les travailleurs dans cette province, je peux vous assurer que c’est important pour nous. »

Le ministre provincial des Pêches, Steve Crocker, a lancé un message similaire à la population. Il a aussi indiqué que c’était sans doute le pire moment pour un tel déclin dans l’industrie de la pêche. « Les défis auxquels nous faisons face s’accumulent depuis quelques années, avec la chute des revenus du pétrole et maintenant ceci qui arrive à l’industrie la plus importante de cette province. »

Rencontre avec Pêches et Océans Canada

Dwight Ball a dit qu’il avait très hâte de rencontrer le ministre des Pêches et Océans, Dominic LeBlanc. « On va se rencontrer dès qu’il sera prêt. Il sait dans quelle situation on est, ça ne prendra pas de temps », a-t-il affirmé.

Steve Crocker a dit que des pêcheurs lui avaient signifié que les chiffres de Pêches et Océans Canada ne sont pas conformes à ce qu’ils voient dans l’eau.

Un avenir « brillant »

Steve Crocker dit que, pour le moment, les chiffres sont ce qu’ils sont et qu’il tente de trouver des solutions alternatives. « On doit y aller lentement, mais sûrement. Si on a aucune augmentation des quotas, les pêcheurs n’auront pas les moyens d’investir dans l’industrie de la pêche dans l'avenir. »

Il a indiqué qu’il pousserait Pêches et Océans Canada à faire une évaluation des stocks de morues annuellement plutôt qu’à tous les trois ans.

Steve Crocker estime qu’il s’agit de temps difficiles, mais il demeure optimiste. « Nous avons simplement besoin de passer au travers de ce mauvais pas. Je crois que nous avons un brillant avenir devant nous. »

Plus d'articles

Commentaires