Retour

Rail gaspésien : la marchandise plutôt que les passagers

Les élus gaspésiens et la Société de chemin de fer de la Gaspésie misent désormais sur le transport de marchandises par train pour restaurer le rail jusqu'à Gaspé.

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, s'apprêtait à annoncer 50 millions de dollars pour restaurer l'infrastructure jusqu'à New-Carlisle afin de rétablir le train de passagers. La Gaspésie demande plutôt au gouvernement d'évaluer si cette somme permettrait de rétablir le rail jusqu'à Gaspé, mais pour la marchandise seulement.

Le président de la Société de chemin de fer pense que l'avenir du rail passe entre autres par celui de l'industrie éolienne. « On a fait notre premier convoi de pales d'éolienne il y a deux semaines et ça a été une réussite. On sait qu'on va en avoir d'autres », mentionne Éric Dubé.

Le fabriquant de pales LM Windpower de Gaspé a débuté l'envoi de 600 pales vers le Texas. Il s'agit du plus important envoi du genre pour une entreprise gaspésienne.

Même avis chez les élus

Les préfets de la Gaspésie souhaitent quant à eux rencontrer le ministre des Transports du Québec le plus rapidement possible.

Le transport de passagers n'est plus la priorité, affirme le président de la Table des préfets de la Gaspésie, Guy Gallant.

Il souligne que les élus sont prêts à mettre le transport de passagers de côté au profit de celui des marchandises puisque des industriels attendraient le retour du rail pour signer des ententes commerciales.

On voit qu'avec ces signatures-là on a une rentabilité tandis qu'avec Viarail, on sait qu'il y a une volonté de revenir, mais il n'y a rien de signé encore.

Guy Gallant, président de la Table des préfets de la Gaspésie

Le président de la Société de chemin de fer espère que Québec entendra leurs arguments. « Je pense qu'on a tous les arguments au niveau de la région pour convraincre le gouvernement d'investir les montants nécessaires. Il y a un bout que je ne peux pas faire à leur place, la voie ferrée leur appartient. »

Éric Dubé espère que la décision soit rendue le plus rapidement possible.

L'étude la plus récente démontrait qu'il fallait 86 millions de dollars pour remettre le rail en état jusqu'au bout de la péninsule.

Plus d'articles

Commentaires