Retour

Reconstruction du barrage Mathieu-D'Amours : Québec précise ses intentions

Un barrage neuf sera construit au centre-ville de Matane en 2021. La direction générale des barrages, qui relève du ministère de l'Environnement, estime qu'il coûtera entre 7 et 15 millions de dollars.

Un texte de Jean-François Deschênes

Selon la chef du service des travaux, Stéphanie Filion, le barrage pourrait être de dimension égale ou un peu plus grande que le barrage actuel, le Mathieu-D’Amours.

Il reste encore beaucoup des détails à régler, mais dans l'élaboration des plans, les ingénieurs tenteront de tenir compte des activités qui dépendent du barrage, comme la pêche ou les activités récréatives du parc des îles.

Des travaux dans une rivière à saumon

Les travaux devront se faire délicatement, estime Stéphanie Filion, parce que le barrage est situé à l’embouchure d’une des rivières importantes de la province.« Ce n’est pas simple, ça demande beaucoup de préparations. Il va falloir être en discussion constante avec les autorités, avec les gens du milieu, avec la Faune. »

Pour l'élaboration des plans du nouveau barrage, le Ministère s'inspirera, notamment, des propositions de la Société de gestion de la rivière Matane.

La passe migratoire

Il sera intéressant pour le directeur général de la Société de gestion de la rivière Matane (SOGERM), Sébastien Lavoie, de faire part des besoins pour améliorer le dispositif de comptage des espèces. « D’automatiser la gestion de la passe migratoire, c’est quelque chose qui pourrait être intéressant. Également faire en sorte que la passe migratoire soit optimale, peu importe le débit de la rivière. On a également des aspects techniques au niveau de la gestion des espèces nuisibles envahissantes. Donc c’est plein de beaux enjeux qu’on peut regarder. »

L’historique des montaisons de saumon est conservé depuis le début des années 1980, ce qui fait de la Matane une rivière de référence dans la province, indique le directeur. « On a un décompte de saumons parmi les plus importants au Québec voire même en Amérique du Nord. Donc c’est vraiment une richesse que l’on a ».

La pêche sur la rivière Matane génère des retombées économiques d’environ 5 millions de dollars par an.