Retour

Recruter à l’étranger pour contrer la pénurie de main-d’œuvre

Alors que la région de Québec fait face à une pénurie de main-d'œuvre dans de nombreux secteurs d'activités, plusieurs compagnies font appel à des travailleurs étrangers pour combler leurs besoins.

La demande est si importante que des entreprises ont fini par développer une expertise en recrutement et en rétention de la main d'œuvre venue d’ailleurs. C’est le cas de Systématix, une firme de service-conseil en informatique.

Chaque année, le responsable du recrutement au sein de l’entreprise, Marilou Bleau, part en mission dans différents pays pour y recruter des travailleurs.

« À Québec, le taux de chômage est très bas […] les travailleurs étrangers viennent se chercher une qualité de vie différente. Pour nous à Québec, ça comble un besoin criant », souligne-t-elle.

Assurer la rétention des employés

Chez Systémix, le tiers des 150 employés provient de l'étranger. Le défi pour Marilou Bleau consiste non seulement à dénicher ces talents, mais également à les convaincre de rester au pays.

Lors d’un voyage effectué en 2013, la recruteuse a embauché Kevin Follier, un analyste-programmeur parisien qui avait le désir de fonder une famille.

Si je suis ici aujourd'hui, c'est parce que je vivais à Paris et que le rythme de vie ne me permettait pas de m'épanouir et de fonder une famille.

Kevin Follier

À son arrivée au Québec, l’analyste-programmeur a pu compter sur le soutien de Marilou Bleau pour faciliter son intégration ainsi que celui de son entourage.

« Il ne faut pas oublier [les conjoints, les conjointes et les enfants]. C’est un projet de vie pour eux », fait valoir la responsable du recrutement.

Ses efforts auprès de Kevin Follier semblent avoir porté fruit. Deux ans après son arrivée, le jeune travailleur est toujours en poste et ne semble pas à la veille de vouloir retourner vivre en France.

« On pense y rester pas mal d'années. On est content, on est très content », raconte-t-il.

Plus d'articles

Commentaires