Retour

Réduction de personnel appréhendée chez Alcoa à Baie-Comeau

Le Syndicat national des employés de l'aluminium de Baie-Comeau craint une réduction de personnel à l'aluminerie Alcoa.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

Selon le président du Syndicat, Michel Desbiens, c'est l'absence de commande de plaques d'aluminium pour la prochaine année qui est en cause. « On espère atterrir à des solutions d'ici deux à trois semaines », dit-il.

Le Syndicat, qui a rencontré la direction de l'usine, prévoit un « impact significatif sur le nombre de postes à la fonderie ».

Les chiffres changent tous les jours. Nous, on travaille tout le temps dans le sens de consolider les emplois de tout le monde à l'usine.

Michel Desbiens, président du Syndicat des employés de l'aluminium de Baie-Comeau

Les changements technologiques reliés à l'implantation de la route de métal seraient aussi à l'origine de cette réorganisation. Ce projet de 27 millions de dollars vise à transporter plus efficacement l'aluminium en fusion.

On ne sait pas si des postes seront supprimés ou si un nouveau programme de mises à la retraite sera proposé aux employés.

La situation de la main-d'oeuvre fait présentement l'objet de discussions entre le syndicat et la direction d'Alcoa.

Dominic Martin, chef des communications, Aluminerie Alcoa de Baie-Comeau

« Nous n'avancerons pas de chiffre, ni de scénario tant que ces discussions seront en cours », affirme le chef des communications de l'aluminerie de Baie-Comeau, Dominic Martin.

Alcoa a investi 165 millions de dollars au cours des trois dernières années et prévoit mener des projets qui totaliseront 60 millions de dollars supplémentaires en 2017.

En septembre, l'entreprise affirmait que l'optimisation en cours ne mènerait pas à une suppression de postes. Environ 850 employés travaillent à l'usine de Baie-Comeau.