Retour

Réduire l’accueil des immigrants contribue à ralentir l’économie

Réduire le nombre d'immigrants reçus au Québec, dans le contexte actuel, n'est pas une bonne décision économique. Les entrepreneurs, les propriétaires de PME, les régions ont besoin de travailleurs, alors que Statistique Canada évalue à près de 100 000 le nombre de postes vacants au Québec. Le basculement démographique et économique au Québec se déroule rapidement.

Une analyse de Gérald Fillion

Mettons deux choses au clair tout de suite : premièrement, l’immigration n’est pas la seule solution à la rareté de main-d’oeuvre au Québec. Deuxièmement, établir une politique d’immigration ne s’appuie pas que sur des considérations économiques. Une telle politique repose sur plusieurs facteurs, notamment la capacité d’accueil de la société.

Une fois qu’on a fait ces mises en garde, il faut tout de même s’intéresser aux faits économiques et les mettre dans la balance. Depuis cinq ans, de 2013 à 2017, le Québec a accueilli 51 637 personnes en moyenne par année, selon Statistique Canada, avec des pointes à plus de 53 000. La CAQ propose d’abaisser ce nombre à 40 000, une baisse de 22,5 % par rapport à la moyenne, de 25 % par rapport au niveau de 2016.

Cette diminution de 11 500 à 13 000 immigrants par année pourrait avoir des effets économiques réels, pour trois raisons :

  1. La population active du Québec stagne. Depuis un an, on compte environ 4,5 millions de personnes dans cette population active, un peu plus, un peu moins, selon les mois. De plus, sur cinq ans, la croissance moyenne par année de la population active est passée de 1,8 % au tournant des années 2000 à 0,7 % seulement pour la période 2012-2017. Et la croissance arrive au point neutre et devrait bientôt recommencer à baisser d’ici 2030;
  2. Le taux de chômage est faible dans plusieurs régions du Québec. On n’hésite pas à évoquer le plein emploi à plusieurs endroits, on parle de rareté, même de pénurie de main-d’oeuvre dans plusieurs régions et plusieurs PME. De janvier à avril 2018, le taux de chômage moyen s’est établi à 3 % dans Chaudière-Appalaches, à 3,9 % dans la région de la Capitale-Nationale, à 4 % en Abitibi-Témiscamingue et à 4,2 % en Montérégie. Statistique Canada affirme que le manque de main-d’oeuvre est généralisé, dans tous les secteurs;
  3. Les régions sont frappées de plein fouet par le vieillissement de la population. Tout récemment, la Fédération québécoise des municipalités a publié une note économique qui nous apprenait que la population âgée de 65 ans et plus avait augmenté de 31 % de 2011 à 2016 dans les petits centres et les milieux ruraux du Québec. En même temps, on a assisté à une baisse du nombre de personnes âgées de 15 à 24 ans.

Et sur ce dernier point, il est intéressant, toujours sur le plan économique, de voir la CAQ adhérer à l’idée d’une « régionalisation de l’immigration » en favorisant les « demandeurs détenant une offre d’emploi validée à l’extérieur des grands centres urbains ».

Le chômage des immigrants baisse

Cela dit, il est vrai, en retour, que le chômage chez les immigrants reçus est élevé et préoccupant. La bonne nouvelle, c’est que ça baisse. De 2011 à 2017, le taux de chômage dans la population immigrante est passé de 12,4 % à 8,7 %. Chez les immigrants récents, le taux a fléchi de 19,5 % à 15,8 %, avec un recul marqué chez les hommes, de 17 % à 10,8 %.

Toutefois, chez les femmes immigrantes, arrivées au Québec dans les cinq dernières années, le taux de chômage stagne. Il est passé de 22,7 % à 22,1 % de 2011 à 2017, un niveau inacceptable et difficile à expliquer.

S'éloigner de la croissance moyenne au pays

Le Québec est appelé à voir sa croissance économique ralentir au cours de la prochaine décennie en raison surtout du vieillissement de la population. Si on se réjouit aujourd’hui de la croissance de 3,1 % en 2017 au Québec, c’est une glissade majeure qui est prévue dans les prochaines années, selon l’Institut du Québec, qui prévoit une hausse du PIB de seulement 1,3 % en 2025.

Une réduction de l’immigration pourrait aggraver la situation. L’Institut du Québec est d’avis qu’il « faudrait donc augmenter les seuils d’immigration de près de 10 000 personnes supplémentaires par année, dès l’an prochain, pour atteindre un taux de croissance du PIB semblable à celui du Canada ».

Alors, il est vrai que l’enjeu de l’immigration est complexe et que ce n’est pas la seule solution disponible pour faire croître la population active. Mais, dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre et de vieillissement de la population, un problème aigu dans plusieurs régions, réduire le nombre d'immigrants accueillis peut ralentir l’économie.

Plus d'articles