Retour

Réinventer Edmonton à l'aide des nouvelles technologies

Don Iveson, le maire d'Edmonton souhaite que l'innovation et les nouvelles technologies soient au cœur du nouveau modèle économique de la capitale albertaine. C'est le message qu'il a envoyé aux gens d'affaires lors de son discours annuel aux membres de la Chambre de commerce d'Edmonton.

Dès le début de son allocution, le maire a martelé qu’Edmonton ne pouvait plus se reposer sur ses lauriers que sont les emplois publics et l’industrie des sables bitumineux.

« Le fait d’être une ville gouvernementale n’est pas une stratégie de développement économique en soi, a déclaré Don Iveson. Et la période faste des sables bitumineux que nous avons connue dans le passé est derrière nous. »

Bien qu’il reconnaisse que des projets comme l’expansion des pipelines soient « vitaux » pour la province, M. Iveson a précisé qu’ « à lui seul, Trans Mountain ne suffirait pas à offrir une croissance économique à long terme à Edmonton ».

Se diversifier

Pour redynamiser les moteurs de l’économie, le maire compte s’appuyer sur quatre nouveaux piliers : l’innovation, les exportations, l’investissement local et le recrutement d'employés qualifiés.

Sur ce dernier point, la Ville et la Société de développement économique d'Edmonton se sont associées à LinkedIn pour mieux cibler les profils « dont a besoin notre écosystème d’innovation pour croître ».

M. Iveson pense notamment qu’Edmonton se doit de soutenir davantage ses jeunes entreprises. Il fera d’ailleurs tout son possible pour inciter les secteurs public et privé à investir « des sommes conséquentes » dans ces entreprises.

Actuellement, l'incubateur d'entreprises Startup Edmonton accompagne près de 65 entreprises dans leurs phases de démarrage. « Je veux voir ce nombre doubler d’ici l’année prochaine », a annoncé le maire qui souhaite également que, dès leurs débuts, ces entreprises s’inscrivent dans une logique d’exportation.

Selon lui, 80 % des entreprises en Alberta exercent leurs activités uniquement dans la province. « C’est trop », estime le maire. Il croit que les gens d’affaires doivent voir plus grand en s’ouvrant à de nouveaux marchés à l’international.

En ce sens, les nouvelles routes aériennes entre l’aéroport d’Edmonton et l’Asie faciliteraient les échanges commerciaux pour les entreprises locales.

Plus d'articles