Le port de Sept-Îles a dévoilé ses résultats financiers pour l'année 2017 et la croissance est au rendez-vous. L'augmentation du chiffre d'affaires a atteint 8 %.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

« Le contexte économique difficile qui a prévalu depuis 2015 s'est poursuivi en 2017 », a expliqué d'entrée de jeu le président-directeur général du port de Sept-Îles, Pierre D. Gagnon, lors de l'Assemblée générale du port, jeudi.

Qu'à cela ne tienne, la remontée du prix du minerai de fer, le redémarrage de la mine du Lac Bloom, de même que le règlement du litige avec Cliffs ressources naturelles ont tous poussé les revenus du port vers le haut.

Le PDG du port de Sept-Îles parle même de « renaissance » du port. Avec « de nouveaux joueurs qui travaillent très fort dans le marché du fer avec des entreprises comme Tacora, comme Alderon », et le démarrage du quai multiusager de Pointe-Noire, Pierre D. Gagnon croit que la croissance se poursuivra en 2018.

« Les installations que le port avait antérieurement ne pouvaient faire face à la demande croissante des minières, souligne-t-il. C'est pour ça qu'en regroupant en partenariat cinq entreprises minières, on a pu constituer un montage financier pour implanter cette infrastructure-là pour répondre à la demande qui était vraiment colossale, entre 40 et 50 millions de tonnes à manutentionner. »

Le maire de Port-Cartier, Alain Thibault, a tenu à souligner l'appui des responsables du port de Sept-Îles dans le projet de modernisation du quai municipal port-cartois. « Je veux faire de Sept-Îles un partenaire, et non un compétiteur, dit-il. Avec de bonnes relations au point de vue économique, c'est la clé du succès. »