Retour

Renégociation de l'ALENA : craintes au Bas-Saint-Laurent

Les négociations pour le renouvellement de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) sont suivies de près par des entreprises du Bas-Saint-Laurent.

Des propriétaires de compagnies qui exportent leurs produits aux États-Unis espèrent que les discussions actuelles se concluent sur une note positive pour le Canada.

Agriculteurs inquiets

Certains agriculteurs craignent de faire les frais de la renégociation en cours.

Le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, ne croit pas que ce sera la fin de la gestion de l'offre.

Il pense toutefois que de nouvelles concessions viendraient effriter ce système qu'il juge déjà affaibli par les récentes ententes internationales.

Gabriel Belzile pense que de tels changements pourraient avoir un impact considérable sur de nombreuses petites fermes et sur certaines communautés en région au Québec.

Et le bois d'oeuvre?

En parrallèle, des entreprises qui oeuvrent dans l'industrie forestière craignent que les négociations pour le renouvellement de l'accord sur le bois d'oeuvre passent au second plan et que le conflit s'éternise.

Le président de Groupe Lebel, Frédéric Lebel, affirme que les marchés sont relativement bons, pour l'instant, mais qu'un long conflit pourrait avoir un impact considérable sur la compagnie.

Frédéric Lebel s'attend à ce que le gouvernement fédéral porte beaucoup plus d'intérêt dans ses négociations avec le Mexique et les États-Unis parce que l'ALENA touche l'ensemble des provinces du pays.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Plus d'articles

Commentaires