Retour

Résolu se voit imposer des droits compensatoires par les États-Unis

La direction de Produits forestiers Résolu l'appréhendait. Washington impose à l'entreprise des droits compensatoires de 4,42 % pour ses exportations de papier journal ou de papier non couché aux États-Unis.

La décision préliminaire du Département américain du commerce (DOC) est tombée en fin de journée mardi et concerne tous les producteurs canadiens de papier qui exportent différents types de papier destinés à la production de journaux et de livres.

Cette imposition de droits compensatoires fait suite à une plainte déposée devant les tribunaux par l’entreprise américaine Norpac à l’endroit des producteurs canadiens, dont PFR, Tembec et Kruger.

Plusieurs papeteries touchées au Québec

Dans la province, les usines de PFR d’Alma, de Baie-Comeau, de Gatineau et d’Amos risquent d'être touchées.

Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn a confirmé à Radio-Canada que ces droits compensatoires vont toucher la papeterie d’Alma au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais il ne peut s’avancer sur l’impact que ces coûts additionnels auront sur la rentabilité de l’usine.

Décision qui concerne toutes les papeteries au Canada

Le responsable des communications chez Résolu a indiqué que toutes les sociétés canadiennes qui exportent du papier au sud de la frontière se voient imposer des droits compensatoires qui varient selon les entreprises.

Mais il ne sait pas quelle méthode les Américains ont utilisée pour calculer ces taxes.

Il a précisé que Kruger doit payer 9,93 %, alors que Catalyst se voit imposer des droits de 6,09 %. Toutes les autres papetières canadiennes ont des droits compensatoires moyens de 6,53 %.

Selon Karl Blackburn, Résolu n’aura pas le choix d’ajouter ces droits compensatoires de 4,42 % au coût de la tonne de papier exportée aux États-Unis.

« Il est clair que cette décision du Département américain du commerce a aussi des conséquences sur les utilisateurs de papier américain, qui eux dénonçaient déjà la plainte de Norpac depuis plusieurs semaines. Une vaste coalition demandait aux élus du Congrès de ne pas donner suite à cette plainte, pour ne pas nuire à leurs activités du côté américain », souligne Karl Blackburn.

Conseil de l'industrie forestière

Le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), Denis Lebel, parle d’une décision non fondée qui cible les pratiques commerciales canadiennes au lieu de la baisse de la demande pour la perte de rentabilité des usines américaines.

Prochaine étape

Le porte-parole de Résolu a indiqué que d’autres instances aux États-Unis vont réévaluer cette décision préliminaire.

Le taux de droits compensatoires pourrait demeurer le même, soit 4,42 %, ou être revu à la hausse ou à la baisse.

C’est vers le mois d’août que le taux définitif devrait être connu.

Plus d'articles