Retour

Réunis à Drummondville, des restaurateurs craignent une pénurie de main-d'oeuvre

Quelque 300 restaurateurs du Québec sont réunis à Drummondville pour leur congrès annuel. Ils discutent des enjeux et des défis de l'industrie, notamment d'une pénurie de main-d'oeuvre qui pointe à l'horizon.

L'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) estime qu'il manquera pas moins de 30 000 employés dans les restaurants de la province d'ici 2025. Elle estime donc que ses membres doivent trouver de nouveaux moyens pour attirer les travailleurs, l'immigration serait parmi les solutions envisagées.

« Tous les secteurs seront touchés par les problématiques de main-d'oeuvre, la restauration peut-être un peu plus, car 40 % de la main-d'oeuvre est composée de jeunes de moins de 25 ans. C'est le groupe d'âge qui va le plus réduire en nombre au cours des prochaines années », explique François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l'ARQ.

D'autres enjeux à la table des discussions

Parmi les autres enjeux au coeur des préoccupations des restaurateurs se trouvent la question du permis unique d'alcool. Pour le moment, les restaurateurs doivent en détenir plusieurs selon les salles qu'ils exploitent. Il y a également celle de la bureaucratie entourant l'exploitation de leurs commerces, qu'ils jugent trop lourde. Sur ce dossier, le ministre délégué aux petites et moyennes entreprises, Jean-Denis Girard, a promis d'en alléger la charge.

Plus d'articles

Commentaires

Rabais de la semaine

Les plus populaires

Anniversaires du mois