Retour

Rogers pointé du doigt pour « publicités trompeuses »

Les consommateurs sont nombreux à se sentir lésés par les fournisseurs de services de téléphonie et d'Internet. Le nombre de plaintes envers des entreprises comme Bell Canada ou Rogers a augmenté de 11 % au cours de la dernière année.

Un texte de Catherine Allard

Publicités trompeuses, erreurs de facturation, ou modification du contrat sans préavis : les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se plaindre de la malhonnêteté de leurs fournisseurs de services de télécommunications.

Une résidente de Moncton, France Daigle, a eu une bien mauvaise surprise en consultant sa plus récente facture. Le montant qui lui était demandé par la compagnie Rogers était deux fois plus élevé que ce qu’on lui avait promis au moment de la signature de son contrat, il y a trois mois.

« Tu t'attends d'avoir une facture de 115 $ et ça arrive à une facture de 247 $ et tu n’as aucune idée pourquoi », raconte France Daigle.

« C'est trompeur parce qu'il nous montre tout ça beau et simple d'une manière et après ça tu tombes avec des factures embrouillées au maximum et tu es pris avec une facture qui n’est pas le montant que tu avais acheté », explique-t-elle.

Trop complexe

France Daigle dénonce la complexité des factures qui sont envoyées aux clients. Par exemple, elle ne comprend pas pourquoi la compagnie lui envoie une facture de quatre pages.

À la suite d'une communication avec Rogers, France Daigle va recevoir une nouvelle facture conforme aux modalités de son contrat.

Davantage de plaintes

Cette année, les Canadiens ont déposé des plaintes concernant leurs fournisseurs de services à plus de 9000 reprises, ce qui représente une augmentation de 11 % par rapport à l’an dernier, selon la Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision.

Les compagnies Bell Canada et Rogers sont celles qui sont les plus visées par les plaintes. Notons qu’elles comptent également le plus grand nombre de clients.

Le directeur des services à la consommation à la Commission des services financiers et des services aux consommateurs, Alain Doucet, recommande aux consommateurs de faire attention lorsque vient le temps de renouveler leur contrat de télécommunication.

« C'est prendre du recul, ne pas s'embarquer trop rapidement dans un contrat qu'on ne comprend pas, lire les clauses spécifiques surtout sur les frais d'annulation, les modalités, et bien s'assurer de comprendre le contrat », explique Alain Doucet.

Avec les informations de Catherine Dumas.