Retour

Rôle foncier: l'hôtel Delta perd le tiers de sa valeur

Radio-Canada a appris que la valeur de l'hôtel Delta a fondu de près de 6 millions $ dans le nouveau rôle foncier de la Ville de Trois-Rivières, en vigueur depuis janvier 2016.

Un texte d'Amélie Desmarais

Selon des documents obtenus grâce à la loi d'accès à l'information, l'immeuble avait perdu un peu de valeur en 2010. Puis en 2013-2014, une réduction temporaire d'environ 3 millions $ avait été consentie pour permettre aux anciens propriétaires de faire des travaux.

Mais c'est véritablement à partir de l'automne 2015 que l'évaluation foncière du Delta a dégringolé. La valeur de l'immeuble a d'abord été réduite de 3 millions $ par la Ville dans le rôle foncier de 2016-2017-2018. Puis, à la suite de la vente à la Société immobilière G3R en décembre 2015, une demande de révision a été présentée à la Ville qui a accepté de réduire l'évaluation de 3 millions $ supplémentaires, la faisant passer de 16 100 000$ à 10 250 000$.

« Les rumeurs couraient qu'il allait avoir besoin d'autres travaux cet immeuble, explique Sonya Auclair, la directrice de l'évaluation à la Ville de Trois-Rivières. Finalement, la vente s'est faite à 10 millions $, avec tous les équipements et nous on a revisé la valeur par avis de correction d'office. »

Mme Auclair précise que les nouveaux propriétaires ont déposé des documents qui démontraient notamment l'ampleur des travaux à faire sur le bâtiment pour appuyer leur demande de révision. Questionnée à savoir si elle avait voulu accommoder les nouveaux acheteurs par enthousiasme pour la transaction, la directrice est catégorique.

« Un, ce ne serait pas éthique, deux, les évaluateurs, on est indépendants, lance-t-elle. Même si je suis payée par la Ville, même le maire ne peut pas me dire comment me comporter dans le travail que je fais. »

La Société immobilière G3R, quant à elle, affirme qu'il s'agit d'une évaluation adéquate par rapport aux immeubles comparables sur le marché et que l'évaluation remontera lorsque les travaux du futur centre de congrès seront terminés.

Des opinions partagées

Cette baisse significative de l'évaluation foncière du Delta ne surprend par le président de l'Ordre des évaluateurs agréés du Québec, Richard Lahaie.

« C'est une situation qui peut se produire à l'occasion, explique-t-il. Si cet hôtel-là avait besoin de rénovations importantes, le propriétaire d'alors a peut-être décidé de vendre la propriété plutôt que de procéder aux travaux de rénovation et à ce moment-là, c'est certain que cela a pu avoir un impact substantiel sur la valeur potentielle de la propriété. »

Richard Lahaie affirme qu'il est normal que la transaction la plus récente pour ce type de propriété soit prise en considération lorsque vient le temps d'évaluer un hôtel.

Toutefois, Unsal Ozdilek, professeur au département de science de la gestion à l'UQAM qui forme les évaluateurs agréés, n'est pas du même avis. Il affirme que le mauvais entretien d'un bâtiment ne devrait pas influencer sa valeur foncière et qu'il faut plutôt baser l'évaluation d'un bâtiment sur sa valeur marchande par rapport aux autres immeubles comparables.

« Le gestionnaire ne peut pas justifier que sa propriété soit sous-évaluée parce qu'il l'a mal entretenue, dit-il. Et un autre propriétaire ne peut pas faire inversement et avoir une surévaluation parce que sa propriété est bien entretenue. »

Plus d'articles

Commentaires