Retour

Rona : le gouvernement Couillard veut-il vraiment protéger les fleurons?

Il est clair que le « deal » était bon. Rona vivotait depuis quelque temps en bourse entre 10 $ et 15 $ l'action. Quand est arrivée l'offre à 24 $ de Lowe's, tout le monde s'est entendu pour dire que c'était l'affaire du siècle : la direction de Lowe's arrivait enfin à son objectif de s'installer au Canada, celle de Rona voyait les bonis à l'horizon et les actionnaires allaient faire un profit inespéré. Avec la bénédiction de la Caisse de dépôt, actionnaire majeur dans Rona!

Gérald Fillion

Un texte de Gérald Fillion

Au-delà de l'intérêt de Lowe's, de Rona, des dirigeants, des actionnaires, au-delà des intérêts privés finalement, il y a l'intérêt public. L'intérêt économique du Québec. Était-il dans l'intérêt de l'économie du Québec, des fournisseurs, des clients, des employés que cette transaction aille de l'avant?

Et donc, dans les circonstances, était-il approprié qu'Investissement Québec vende en novembre 2014 ses 11,1 millions d'actions dans Rona? Le cabinet du ministre Daoust a été informé de la vente de ses actions et il semble, selon les courriels que nous avons obtenus, qu'il a approuvé la vente.

Maintenant, l'opposition à Québec affirme que Jacques Daoust a menti en affirmant qu'il n'avait pas approuvé cette vente, que c'est le conseil d'administration d'Investissement Québec qui a pris sa propre décision. M. Daoust a annoncé sa démission, tout en maintenant que ses déclarations dans ce dossier étaient « rigoureusement exactes ».

En attendant, il ne faut pas perdre de vue le problème fondamental dans cette histoire : le Québec ne s'est jamais donné les moyens de valoriser ses fleurons. Et c'est ainsi qu'on les voit partir sous d'autres cieux, l'un après l'autre.

En vendant ses actions, Investissement Québec a privé le Québec de ce qu'on appelle une minorité de blocage. C'est l'ancien pdg de Rona, Robert Dutton, qui rappelait il y a quelques mois qu'avec 17 % des actions à la Caisse, 5 % au Fonds de solidarité FTQ, 5 % à Investissement Québec et 10 % aux marchands, on avait là environ 35 % des actions qui pouvaient représenter une minorité de blocage. Avec moins de 66 % des actions déposées, Lowe's aurait été obligée de laisser Rona en Bourse et n'aurait probablement pas réalisé la transaction.

Pourquoi Investissement Québec a-t-il vendu ses actions?

Pourquoi Investissement Québec a-t-il vendu ses actions fin 2014? Était-ce pour laisser toute la place à Lowe's, à Rona et à la Caisse de dépôt pour finaliser la transaction? Qu'est-ce qui pressait au point de réaliser cette vente à 13 $ l'action?

Bien sûr, Investissement Québec ne pouvait pas savoir que Lowe's et Rona allaient s'entendre sur une transaction à 24 $ l'action plus d'un an plus tard. Mais, disons qu'après coup le « deal » pour Investissement Québec est un peu décevant. S'il n'avait pas vendu ses actions en novembre 2014, Investissement Québec aurait pu travailler à bloquer l'acquisition de Rona par Lowe's ou aurait pu faire un sacré bon profit, bien meilleur que celui qui a été réalisé.

Alors, au final dans cette histoire, il faudrait peut-être savoir si le gouvernement Couillard souhaite vraiment protéger ses fleurons et les écosystèmes économiques qui les accompagnent, ou s'il ne s'en préoccupe pas du tout, préférant laisser les acteurs privés s'entendre entre eux dans leur intérêt financier. Comprenez-moi bien : les deux options se valent, les deux sont légitimes. Mais, il serait peut-être temps de dire franchement dans quel camp le gouvernement se trouve.

Pour l'instant, encore plus, si on confirme que le cabinet du ministre Daoust a approuvé la vente des actions de Rona que possédait Investissement Québec, on a vraiment l'impression que le maintien des sièges sociaux des fleurons au Québec est le cadet des soucis de ce gouvernement.

Plus d'articles

Commentaires