Retour

Route fermée : Greyhound envoie son chauffeur à l’hôtel, mais pas ses passagers

Le transporteur Greyhound est à nouveau dans l'embarras. Le 14 décembre, un autocar a dû faire un arrêt beaucoup plus long que prévu à Wawa, dans le Nord de l'Ontario, en raison du mauvais temps. La compagnie a réservé une chambre à l'hôtel pour son chauffeur, mais les 34 passagers, eux, ont dû s'organiser autrement.

Un texte de Natacha Lavigne

L’autobus faisait la liaison entre Winnipeg et Toronto, avec un arrêt d’une quinzaine de minutes au centre communautaire de Wawa. Toutefois, la Police provinciale de l’Ontario a fermé la route pour une durée indéterminée, en raison d’une tempête.

Le directeur général de Wawa, Chris Wray, a raconté à CBC qu’un employé de la Ville travaillait ce soir-là. Lorsqu’il a été mis au courant de la situation, il s’est organisé pour que les voyageurs puissent passer la nuit au centre communautaire.

Le chauffeur a aussi avoué à cet employé que le chauffage ne fonctionnait plus à bord de l’autocar et qu’il n’était pas certain de pouvoir le réparer.

« C’est nous qui avons dû appeler Greyhound. Ils n’ont été d’aucune aide. Ils ne pouvaient pas nous dire quand un autre autocar serait envoyé. Même qu’à un moment, un employé du service à la clientèle nous a raccroché la ligne au nez. C’était très frustrant! », raconte M. Wray.

Des passagers en colère

Les passagers ont passé la nuit au centre communautaire, en compagnie de l’employé municipal. Ils ont dû se contenter de ce qu’offrait le casse-croûte, alors qu’au même moment le chauffeur, lui, était à l’hôtel.

« Les clients étaient extrêmement fâchés, se disputaient, la Police provinciale a même été dépêchée sur les lieux. Les passagers sont devenus très agités et, honnêtement, si j’avais été dans la cette situation j’aurais agi de même », poursuit le directeur général de la municipalité, ajoutant que personne n’a été arrêté.

Greyhound se défend

Le transporteur rappelle qu’il n’a aucun contrôle sur la météo. La compagnie n’offre pas de compensation pour des situations considérées « hors de son contrôle ».

« Nous dépensons des milliers et des milliers [...] de dollars, chaque année, particulièrement en hiver alors que nous sommes aux prises avec ce genre de situation. Nous dépensons des milliers de dollars en chambres d’hôtel, repas, remboursements et tout ce que nous pouvons faire pour venir en aide aux clients », soutient David Butler, vice-président de Greyhound pour l’Est du pays.

Ce dernier insiste sur le fait que Greyhound est la seule compagnie à offrir un service transcanadien et que plus de 2000 kilomètres séparent Winnipeg de Toronto.

La compagnie a depuis dédommagé la municipalité de Wawa, en remboursant notamment le coût des repas fournis aux passagers.

Pas le premier problème

Il s’agit du deuxième incident du genre au sujet de Greyhound que Radio-Canada met en lumière depuis le début de l’année.

Un soir de janvier, une cliente a dû attendre toute la nuit dans un restaurant parce que l'autocar ne s'est pas présenté et ensuite faire une escale supplémentaire à Toronto avant de se rendre à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires