Retour

Rupture entre les élites économiques et les travailleurs à faible revenu

Il y a une rupture. Une rupture de confiance entre les travailleurs à faible revenu et les décideurs politiques et économiques. À tort ou à raison, beaucoup de gens n'ont jamais cru aux répercussions positives de l'ouverture des marchés et des accords de libre-échange. Et un nombre grandissant de gens ne croient plus, aujourd'hui, aux discours d'enrichissement assuré avec la mondialisation et l'abolition des frontières.

Gérald Fillion

Un texte de Gérald Fillion

Un mot résume cette rupture : inégalités. À Wall Street en 2011, avec le mouvement Occupy, jusqu'à Thomas Piketty, en 2013, avec la publication de son ouvrage Le capital au XXIe siècle, en passant par les études de l'OCDE et d'Oxfam et les analyses du FMI et du G20, on reconnaît aujourd'hui que l'incertitude économique la plus importante en ce moment, ce sont les inégalités sociales et économiques. Si les politiques libérales ont profité à certains et ont pu favoriser la croissance du PIB, beaucoup de travailleurs n'en ont pas bénéficié.

Et aujourd'hui, ces travailleurs, en colère et déçus, ont l'impression de s'être fait avoir. Le problème, c'est que leur mécontentement est aujourd'hui récupéré par des politiciens prêts à tout pour gagner des votes. Je n'ai pas besoin de les nommer, vous les connaissez bien. Ils attisent les passions, nourrissent la division, leur projet n'est plus celui de faire rêver, mais de faire enrager.

Qu'on soit d'accord ou non, il faut regarder la réalité en face : les décideurs politiques et économiques sont de plus en plus déconnectés de ce que bien des gens ressentent. Et ces leaders doivent se poser la question : a-t-on fait ce qu'il fallait pour inclure tout le monde et favoriser un espoir véritable de succès économiques pour chacun? Autrement dit, le projet économique, qui est celui de favoriser la croissance, a-t-il amélioré le sort des gens?

Il ne faut pas chercher trop longtemps des explications au Brexit, à l'opposition aux accords de libre-échange ou encore aux succès d'un Bernie Sanders ou, jusqu'à un certain point, de Donald Trump. Et on peut se demander si la concentration de la richesse entre les mains d'un petit nombre de gens, la délocalisation d'emplois, la fermeture d'usines et l'endettement grandissant des ménages n'ont pas conduit à la situation actuelle.

Le salaire minimum, un symbole important

Prenez le débat sur le salaire minimum. Le ministre des Finances Carlos Leitao peut invoquer bien des arguments pour expliquer son objection à monter le salaire minimum à 15 $ de l'heure. Mais il va plus loin : il dit que le salaire minimum à 10,75 $, l'un des plus bas au Canada, est approprié. Je ne dis pas qu'il a tort et je ne dis pas non plus qu'il a raison. Il est clair qu'une hausse rapide du salaire minimum pourrait avoir des conséquences économiques néfastes.

Mais si le salaire minimum actuel maintient les travailleurs sous le niveau canadien de faible revenu ou au même niveau, est-ce acceptable? Que peut-il faire de mieux pour améliorer le sort de ses concitoyens? Si des politiciens de l'opposition récupèrent aujourd'hui l'objectif du 15 $ sans en expliquer les répercussions réelles sur l'économie, est-il approprié de ne pas répondre à l'enjeu de la pauvreté chez les travailleurs à faible revenu?

Il y a une rupture entre les élites économiques et politiques et une part grandissante de la population. Il est plus que temps de le réaliser.

Plus d'articles

Commentaires