Retour

S'unir pour développer le potentiel minier de la région

Une table de concertation minière voit le jour au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le Fonds d'appui au rayonnement des régions investit un demi-million de dollars dans ce projet mené en collaboration avec l'Université du Québec à Chicoutimi.

Au total, 685 000 dollars seront accordés par les deux organisations sur trois ans.

La table souhaite attirer le regard des investisseurs sur le potentiel minéral de la région.

Actuellement, la mine Niobec est la seule en production.

Deux autres projets miniers retiennent l'attention, celui de mine d'apatite d'Arianne Phosphate et celui de Métaux BlackRock à Chibougamau.

« Il y a plusieurs moyens qu’on peut prendre pour faire en sorte que les entreprises vont venir dans notre territoire plutôt qu’ailleurs. C’est d’abord en valorisant les actifs qu’on a. Parfois, les gisements, ça commence par des petits actifs, des indications qui peut y avoir quelque chose d’intéressant qu’on ne peut pas connaître tant qu’on n’ira pas faire des forages et ça, ce sont les entreprises qu’ils le font, mais on peut en faire la promotion », souligne Réal Daigneault, directeur du centre d'études en ressources minérales.

L'association de l'exploration minière du Québec croit que la création de la table de concertation peut aider le secteur.

Elle ajoute toutefois que les entreprises d'exploration ont aussi besoin de conditions favorables pour pouvoir explorer le territoire.

Mettre une nouvelle mine en marche, de l'exploration à l'exploitation, peut prendre de quinze à vingt ans.